Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

CHARTREUSE DE LA VERNE

27 SEPTEMBRE 2020

 

 

Et si nous allions faire un petit tour dans les Maures ? Cette fois-ci, c’est Denis qui nous embarque dans son carrosse. Nous avons rendez-vous avec Franck, Laure et les filles à la croix d’Anselme et allons nous garer au parking de Ragusse. Nous passons le gué et suivons la piste du barrage. Nous traversons un bois de cèdres avant de nous retrouver sous les châtaigniers. Le vent de ces derniers jours a fait tomber moult châtaignes sur la piste pour le plus grand bonheur des filles qui en prélèvent une ou deux pour ramener à l’école ou au collège. Aïe, ça pique ! De véritables oursins ! Et par terre, de multiples paillettes brillent comme des pépites d’or. "Ces roches sont des micaschistes" professe Denis qui fréquente beaucoup les géologues… Le sentier se redresse et nous gardons notre souffle pour gravir la pente. "Oh, mais, c’est la mer,qui brille au soleil tout là-bas". Nous continuons sur la piste des Sivadières et le sommet de l’Argentière.

CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE

"On a faim" commencent à protester les filles. Nous cherchons un coin au soleil. Pourquoi pas là ? Jean-Marc et Denis, peu enthousiastes partent à la recherche de l’endroit idéal. Et voilà, ils s’arrêtent sur une plate-forme avec quelques rochers en hauteur, une vue superbe sur le barrage, tout en bas, et encore la mer au fond. Les collines font le gros dos en face de nous. C’est parfait ! Les filles sortent leurs énormes sandwiches (2 étages, 3 étages?) Une fois tout englouti, nous repartons en direction de la Chartreuse de la Verne. Surprise pour moi qui me souvenait de ruines, celle-ci est entièrement rénovée. Magnifique ! Nous prenons un sentier à gauche qui monte pas mal et rejoint la piste de Ragusse. De nouveau à gauche, nous plongeons dans une descente très raide pour rejoindre le vallon du Bousquet. Nous continuons sur un sentier au-dessus d’un ruisseau. Zut, la suite est de l’autre côté. Pourquoi ces ronces ne veulent-elles pas nous laisser passer ? Nous leur faisons leur fête, traversons l’étroit cours d’eau, et bientôt rejoignons la route que l’on suit un moment avant de retrouver les voitures.

CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE
CHARTREUSE DE LA VERNE

Commenter cet article