Publié le par Cat&JM

SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE

19 et 20 septembre 2020

Bon, la météo n’est pas géniale, mais nous avions décidé de bivouaquer ! Aussi, en ce samedi après-midi, récupérons-nous Denis et filons-nous tous les trois vers Castellane. Et c’est à côté d’un petit lac près de Peyroules que nous garons le camion. C’est juste l’heure de l’apéro, puis du repas. Hum, la bonne bolognaise que le copain nous a concocté… Mais bientôt, les yeux papillotent, les mâchoires se décrochent en de peu discrets bâillements : c’est l’heure, au lit… Denis plante la tente et gonfle son matelas. Et soudain, au milieu de la nuit : "Badaboum", l’orage gronde. Du fond de notre lit, nous avons une pensée émue pour le Pauvre, sous la tente. Au matin : "bien dormi ?" "Réveillé par le bruit, mais pas mouillé", c’est l’essentiel. Nous avalons un copieux petit déj. et hop, direction Castellane.

SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE

Nous nous garons un peu avant, pratiquement en face du sentier qui monte sous les pins. Celui-ci, joli, dès le départ, monte tranquillou en lacets. Pourtant nous gagnons de l’altitude et découvrons la Chapelle N.D. du Roc perchée sur son rocher au-dessus du village. Sur les flancs, des ruines, des morceaux de remparts, certainement un ancien château devait surplomber la vallée. Puis nous découvrons le barrage de Chaudanne. Au loin, le Teillon est chapeauté de nuages. Et là, en face, c’est la Montagne de Robion et sa petite chapelle, point blanc dans la falaise.

SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE

Nous traversons quelques éboulis, arrivons sur la crête. Un premier replat : "C’est là ?" Euh, non, le sentier continue. Un second replat : "C’est là ?" Et non, en face nous un raidillon dans des rochers. Nous y sommes : 1543m. Denis suggère, "on grignote des fruits secs et on redescend manger au camion pour éviter la pluie ?" "Au camion ?" demandé-je, déçue. Gentil, il n’insiste pas et nous nous installons sur une des plates-formes pour déguster notre salade.

SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE
SOMMET DE DESTOURBES- CASTELLANE

Bien sûr, je les ai vus, ces gros nuages chargés de chagrin, qui s’accumulent au-dessus de nous. Mais je pense, j’espère, qu’ils attendront que nous soyons en bas pour déverser leur torrent de larmes… Bien nous nous lançons dans la descente. Nous sommes à peu près à mi-chemin quand flip-flop, les premières gouttes tombent. Nous continuons stoïques, mais la pluie insiste et il faut s’équiper. Merci Denis de ne pas avoir marmonner : "je l’avais bien dit !" Et c’est lorsque nous arrivons presque en bas que l’eau arrête de nous harceler. Ah, revoilà, la route, le fourgon, il ne nous plus qu’à nous changer avant de siroter une bonne bière, bien méritée.

- 13km et 890m positif

Commenter cet article