Publié le par Cat&JM
Publié dans : #raquettes

 

LA BIGUE  1652 m et LE MARTIGNON 1430 m

en boucle depuis COURBONS 

8 JANVIER 2021

 

 

Envie de grand air et de liberté… Pourquoi pas une petite escapade dans les Alpes de Haute Provence ? Jean-Marc et moi partons donc dans notre maison à roulettes, en direction de Digne puis grimpons vers le petit village de Courbons. Nous repérons en passant un endroit où dormir, continuons jusqu’au hameau pour voir si demain nous pourrions nous y garer. Un panneau : "toutes les rues sont des impasses". Nous jugeons sage de ne pas nous y engager. Nous redescendons et nous installons pour la nuit. Que l’on dort bien dans le fourgon !

LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON

Frais et dispos, nous préparons les sacs et nous voilà partis. Pas de neige où nous sommes, mais, prudents, nous embarquons les les raquettes. Il est 9 h 30. Il fait un temps splendide. La balade ne devrait pas durer plus de 5 ou 6 heures. Inutile de se presser. Nous montons jusqu’au village par un sentier qui passe devant la chapelle St Pierre. Un escalier plein de glace nous mène en haut du hameau. Là, un sentier agréable part sur la gauche en longeant un lavoir. Nous nous élevons doucement au-dessus du hameau. Au loin, un oratoire se dresse bizarrement au milieu de nulle part. Nous contournons "La Clapière", grimpons vers "La Clapière Haute". A "l’Aire des Chiens", la neige est là. Mais elle porte bien.

LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON

Frais et dispos, nous préparons les sacs et nous voilà partis. Pas de neige où nous sommes, mais, prudents, nous embarquons les les raquettes. Il est 9 h 30. Il fait un temps splendide. La balade ne devrait pas durer plus de 5 ou 6 heures. Inutile de se presser. Nous montons jusqu’au village par un sentier qui passe devant la chapelle St Pierre. Un escalier plein de glace nous mène en haut du hameau. Là, un sentier agréable part sur la gauche en longeant un lavoir. Nous nous élevons doucement au-dessus du hameau. Au loin, un oratoire se dresse bizarrement au milieu de nulle part. Nous contournons "La Clapière", grimpons vers "La Clapière Haute". A "l’Aire des Chiens", la neige est là. Mais elle porte bien.

LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON

Les antennes du sommet nous appellent, tout là-haut. Il nous faut nous hisser vers le "Gourau" avant d’attaquer la raide montée qui nous mène vers notre but : "La Bigue", 1652 m. "Nous mangerons au sommet", pensions-nous. Erreur ! Un petit vent glacé nous incite à redescendre. Soudain, l’Homme pâlit : "mon téléphone, où est mon téléphone ?" Nous regardons le sommet, déjà bien loin, où il a pris la dernière photo. "Bien, je remonte" annonce-t-il sans enthousiasme. Mais au premier lacet, miracle, le fugueur est là ! Ouf ! Nous fêtons ces retrouvailles en savourant nos sandwichs. Nous continuons jusqu’au "Martignon", 1430 m. "

LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON

Et si j’essayais mon drône ?" Piste d’envol et d’atterrissage installée, engin posé, dispositif de commande et téléphone prêts à l’action. "Go !" Mais une voix métallique, désagréable ne se lasse pas de répéter : "USB deconnected". Après moult essais, J.M. range tout le matériel en maugréant. Il est vrai, qu’ à la maison, tous les essais ont été fructueux… Allez en route, on se refroidit ! Nous suivons la crête qui nous fait descendre jusqu’à la "Baisse des Chatières" puis aux ruines. La sente raide (moitié neige, moitié cailloux) devient pénible. Nous retirons les raquettes et plongeons vers le vallon en suivant d’improbables traces. Un sentier nous ramène au-dessus du village.

LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON

Quelques vaches ayant mis leur manteau d’hiver broutent l’herbe gelée. Encore un bon km de descente pour récupérer le fourgon. Il est 17 h 30 lorsque nous y parvenons ! Pas fâchés d’arriver… Pas le courage de reprendre la route pour changer de bivouac. Nous dormirons encore là ! Ouille, aïe, difficile le réveil le lendemain. Nous avons bien mérité de faire un peu de tourisme en rentrant par Moustiers Ste Marie. Même le temps gris n’enlaidit pas la région !

15 km, 1200 m de dénivelé cumulé.

LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
LA BIGUE et LE MARTIGNON
Commenter cet article