Publié le par Cat&JM
Publié dans : #Divers

Mercredi 8 octobre

 

Aujourd'hui est un grand jour : Jean-Marc m'a fait une surprise, un baptême en parapente. Mais pas question de décoller sans lui : nous sauterons ensemble ou pas du tout. Nous avons rendez-vous à St Leu, à 10 h. Nous partons vers 7 h, arrivons à 8 h 30, mais bon, à La Réunion, on ne sait jamais... Nous allons boire un café, puis retrouvons Yannick, qui dans la confidence, a voulu nous voir voler. Vers 10 h, nous embarquons dans un fourgon qui nous monte à la zone d'envol des Colimaçons, 800 m plus haut. Jean-Marc sera en tandem avec J.B. (Jean-Bernard) et moi avec Juju, un jeune sympa, mignon et... gigantesque. La nacelle dans laquelle je serai assise, s'enfile comme un sac à dos. Juju et sa voile s'arriment derrière moi. Quelques pas de course dans la pente et ça y est, nous sommes dans les airs ! Que signifient ces bips que j'entends ? Juju m'explique que l'altimètre sonne dès que nous nous élevons de 10cm. Puis me parle des courants chauds qui nous permettent de prendre de l'altitude, me montre les ouvriers qui coupent la canne à sucre, là, tout en bas, s'amuse avec un paille-en-queue qui cherche lui aussi un courant ascendant. Les cases paraissent minuscules vues de si haut. Nous survolons la Grande Ravine avec sa rivière qui sinue au fond et sa cascade de 280 m. De temps en temps, j'aperçois JB et JM qui tournoient, plus haut, plus bas... Je vis des instants magiques. Merveilleuse sensation d'être portée par l'air, sans bruit, sans heurt. Instants de paix et de douceur. Peu à peu, nous perdons de l'altitude, survolons le lagon et sa barrière de corail. Il faut se poser. Yannick est là pour filmer notre arrivée. Je me mets en position. Mais pas moyen de poser les pieds par terre : Juju et ses longues jambes sont posés avant moi ! Je n'aurais pu rêver atterrissage plus confortable... C'est au tour de JB et JM de retrouver le sol. Un peu pâle mon petit Jean-Marc, il a attrapé mal au cœur en filmant ! Et pas de chance, les courants ascendants lui jouant un tour, son retour sur terre est un peu plus brutal !!! Peut-être pas aussi ravi que moi, l'Homme, mais tout s'est bien passé et nous sommes récompensés par un superbe diplôme.

 

BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION

Midi. Yannick nous emmène à "l’Été Indien", un super resto à l’Étang Salé Les Bains. Un petit tour sur la plage de sable noir et nous commençons à remonter vers le nord. Yannick nous entraîne dans un tourbillon de choses à voir : à la pointe du Portail : le souffleur, à Saline Les Bains : le lagon, à la Ravine St Gilles : la magnifique cascade du Bassin des Aigrettes. De retour au bord de mer, nous nous arrêtons au Cap Boucan Canot où a lieu le festival du cinéma de La Réunion. Nous y apercevons Claude Lelouch tout en buvant un petit coup au bord de la plage. Au Cap La Houssaye, nous aurons la chance d'entrevoir deux tortues nageant dans les eaux bleues, sortant la tête de temps en temps pour respirer. Yannick nous quitte et regagne St Denis sur sa moto, tandis que nous, nous restons coincés dans les embouteillages et mettons deux heures pour regagner St André.

 

BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION

Jeudi 9 octobre

 

Journée éducative... Nous avons rendez-vous à 9 h 45 à la sucrerie de Bois Rouge, vers Ste Suzanne, au milieu des champs de canne à sucre. Nous visitons l'usine où arrive la canne et la transforme dans un bruit et une chaleur épouvantables en sucre roux, en sirop, en mélasse et enfin, le meilleur, en RHUM... La dégustation qui suit la visite n'est pas le moment le plus désagréable ! L'après-midi, nous visitons la vanilleraie de Bras-Panon. Quel boulot ! La fécondation de la fleur se fait à la main, ainsi que la vérification de la gousse après un premier séchage. Les gousses seront en dernier lieu mesurées une par une avant conditionnement. De la fleur à la vente : 18 mois environ. On comprend pourquoi la vanille est vendue si cher !

 

Vendredi 10 octobre

 

Debout : 4 h du matin. Nous allons vers St Paul. A Plateau Caillou (joli nom, non?) nous prenons la route du Maïdo, environ 2200 m de dénivelé. Nous nous élevons doucement, virage après virage. Tout au long du trajet, des kiosques. Il doit y avoir un monde fou le week-end ! Après une bonne heure de montée, le sommet. Le soleil se lève. Et là, c'est un émerveillement ! D'en haut, nous voyons une partie de ce qu'on a fait là, en bas, la première semaine : col du Taïbit, Marla, Roche Plate, La Nouvelle, col des Fourches, Plaine des Sables. Des dizaines d'hélicoptères tournent et retournent au-dessus du site. Bon, mais nous, nous voyons les cirques aussi bien qu'eux et en plus, nous, nous connaissons... On y a usé nos semelles (et nos pieds, et nos genoux) ! Nous redescendons par la route forestière des Tamarins. Un peu de nostalgie en passant aux Colimaçons où les parapentes décollent dans un festival de couleurs. Nous regagnons St Paul et son célèbre marché que nous arpentons de long en large. Nous nous imprégnons de son atmosphère si particulière, des bruits, des senteurs. Après quelques achats, nous allons déjeuner à Salines Les Bains pour ensuite plonger dans le lagon. Et là, enfin je les vois, mes poissons : des jaunes et noirs, des rayés, des gros, des petits, toutes formes, toutes couleurs. Un courant incroyable nous entraîne. Nous nageons sans relâche pour nous maintenir au niveau de nos serviettes ! Ça, c'est de la nage à contre-courant ! Mais malheureusement, il faut rentrer et préparer les bagages car demain soir, nous reprenons l'avion. Quel casse-tête de tout caler, ranger, peser...

Cat.

 

BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION
BAPTÊME DE PARAPENTE A ST LEU- LA REUNION

Samedi 11 octobre

 

Allez, debout ! Humeur morose, une page se tourne... Derniers rangements, un peu de ménage, restitution des clés à notre hôtesse, bien sympathique. Nous longeons la côte et déjeunons au port de Ste Marie. A St Denis, nous passons à l'aéroport Roland Garros: "A quelle heure pouvons-nous enregistrer nos bagages ?" - "16 heures". Nous allons en ville visiter le Jardin de l'Etat et de son muséum d'Histoire Naturelle avant de retourner à l'aéroport déposer les sacs. Nous appelons Yannick : "venez boire un coup à La Bretagne". Dodo, bouchons et autres bonnes choses, il a tout prévu. Merci beaucoup Yannick pour ton accueil. A 19 h, nous rendons la voiture. Il fait nuit, bien sûr, ce qui n'inquiète aucunement le loueur, confiant. Nous nous soumettons aux formalités et enfin à 20 h 30, nous grimpons dans l'avion. L'embarquement se fera d'ailleurs plus rapidement que prévu, puisque nous décollons avec 10 mn d'avance ! Adieu La Réunion, nous serions bien restés encore un peu sur ton petit paradis. Le cœur serré nous regardons une dernière fois par le hublot, les petites lumières scintiller sur la mer.

Commenter cet article