Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

LE TEILLON

24 avril 2016

 

 

♪♪ Ding-dong♪♪, 8 heures piles, Denis arrive. Un café et c'est parti pour les crêtes du Teillon. "Encore !" me direz-vous… Oui, mais pas par le même côté, cette fois-ci nous démarrerons de Soleilhas (1140 m). Nous nous garons vers le cimetière. Brr, fait froid, un vent glacé nous transperce. Vivement que l'on atteigne les bois pour être un peu à l'abri. Nous traversons l'Estéron et commençons la grimpette dans les arbres vers le clos de Gansart.

LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS

Les coucous nous accompagnent : les uns, à nos pieds, jaunes d'émotion, baissent respectueusement la tête au passage de notre président, les autres, squatteurs invétérés, nous ennuient avec leur chant monotone. Un chemin sympathique à droite, nous nous y engageons. Jean-Marc, rabat-joie, consulte son GPS : "on a raté les dolines". Demi-tour pour un sentier bien raide. Effectivement une belle doline tapissée de vert au fond, nous attend. Nous la traversons, puis continuons vers le col des Portes (1445 m).

LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS

Nous suivons la crête. Le paysage, magnifique, est malheureusement gâché par les nombreux postes de chasse mal bâchés, les cartouches multicolores et les bouteilles, vides (bien sûr) qui jonchent le sentier. Nous quittons enfin la zone de chasse pour grimper vers les crêtes du Teillon. De ce côté là, aussi, il se défend, le sommet !

LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS

Nous y voilà (1893 m). En bas, le lac de Castillon brille au soleil. La neige a disparu, tout nous semble différent. Les lapiaz nous laissent présumer certaines perspectives spéléologiques… Mais le vent nous pousse rapidement à redescendre pour déjeuner à l'abri. Ceci fait et bien fait, nous piquons sur une petite bergerie, et plongeons dans une combe. Le terrain se fait scabreux, il vaut mieux remonter. Là-haut, quelque 50 m plus haut, un cairn. Nous y récupérons un sentier qui nous mène vers Peyre Grosse (aïe les cuisses !) puis vers Teillette (aïe les genoux !). Enfin du plat. Ma petite voiture brille au soleil, des chaussures confortables nous attendent, ouf, ça fait du bien !

Cat.

LE TEILLON PAR SOLEILHAS
LE TEILLON PAR SOLEILHAS
Commenter cet article