Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

WEEK-END DANS LE VERDON

MOURRE DE CHANIER

12 NOVEMBRE 2016

 

 

Samedi, debout 7 h. Xavier s’est levé toutes les deux heures pour alimenter le poêle à bois. Merci ! Nous découpons des tartines dans le bon pain acheté par Marie à Pont de Soleil, les enduisons de miel de Seyne les Alpes ou du Verdon. 8 h 30, départ. La journée va être longue. Nous partons en voiture et nous garons au "Pointu".

MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER

Et c’est parti. Nous laissons sur notre gauche le Ravin de la Clue. Les arbres se sont ornés de leurs plus belles couleurs. Nous passons sous le Ruth. Les courageux (Robert, Xavier, Maïa, Sylvie) se dirigent vers la crête du Chiran. Les autres (Marie, Gillou, Gérard, Evelyne, Jean-Marc et moi) continuent vers le Portail de Blieux (1622 m).

MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER

Nous suivons la crête en direction du Grand Mourre. Gillou prend la tête en suivant les cairns. De loin, nous apercevons les copains au sommet du Chiran. Bravo ! Nous prenons le couloir de gauche pour nous hisser jusqu’au sommet (1898 m). C’est raide ! Quelques pas d’escalade. Mais… c’est une hivernale !!! La glace et la neige nous gèlent les doigts. Ouf ! C’est pas très long, nous sommes en haut. Nos infatigables amis nous rejoignent bientôt.

MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER

Chouette, nous allons pouvoir pique-niquer. Oui, là, au soleil ! Et par chance, il n’y a pas de vent. Xavier ouvre sa deuxième boite de maquereaux et tous, nous reprenons des forces pour continuer jusqu’au sommet du Mourre de Chanier (1930 m). Notre point culminant atteint, nous continuons sur la crête, vers le sud. Au loin, le sommet de Pré Chauvin où nous étions hier, les Cadières de Brandis... c’est superbe. Des chamois jouent dans les éboulis.

MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER
MOURRE DE CHANIER

Une descente très raide, ouille, aïe, nous permet de rejoindre le sentier, tout en bas, qui nous ramène vers le Thon et enfin le gîte. Il fait presque nuit lorsque nous arrivons. Marie se désole : elle voulait acheter des fromages de chèvre à la petite épicerie, mais c’est fermé ! Qu’importe Marie, pendant que nous buvons l’apéro, Sylvie nous prépare une savoureuse tartiflette. Nous en salivons d’avance. Et malgré le four qui fait des misères à notre cuisto, le résultat sera excellent.

Cat.

Commenter cet article