Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

CORSE

3 AU 12 SEPTEMBRE 2019

DE CARGESE A E-CASE

Participants : Gérard

René et Charlotte

Jean-Marc et Cat

 

Lundi 2 septembre

 

Vers 20 h 30, nous récupérons Gérard devant l’entrée de la Gare Maritime du Port Marchand, à Toulon. Nous nous engageons dans la file des voitures prêtes à embarquer et nous attendons. Pas trop longtemps. Vers 21 h, cabine attribuée, nous sommes sur le pont du "MEGA ANDREA". Nous avons une heure à patienter. En bas, à la queue leu leu, des véhicules attendent le bateau pour Bastia. Ah, il arrive ! Il manœuvre. Zut, le voilà en travers de l’entrée du port. Nous nous éloignons du bord du quai afin de lui laisser la place. Ballet de mastodontes, chapeau les capitaines ! Et nous prenons la mer, pile à l’heure. Nous traînons encore un peu pour admirer les lumières de la côte, puis, au lit.

 

CORSE - CARGESE - E-CASE

Mardi 3 septembre

 

6 h : appel du petit déjeuner. Nous décoinçons difficilement la voiture. Ouf, nous sommes dehors. Direction Cargèse. Nous partons à la recherche d’un sandwich pour midi. La boulangerie peut-être ? Non. Le bar dont les affiches sont prometteuses ? Non, il n’y a personne pour les faire ! Enfin, O p’ti en K, nous trouvons notre bonheur. Et c’est parti pour St Jean (D181), juste un peu au-dessus, où nous devons retrouver René et Charlotte. Nous sommes accueillis par un bon café. Et c’est parti pour E.Case, où nous devons dormir ce soir.

CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE

Une grande descente nous fait rejoindre la trace normale, longue piste bordée de chenils. Heureusement, les bruyants toutous sont attachés. Nous passons à côté d’un élevage de cochons puis arrivons à une ferme. Cette fois, ce sont les chèvres qui nous reçoivent. La piste devient sentier qui monte et qui monte, raide, vers la crête. Il fait une chaleur horrible, nous dégoulinons. Nos jambes nous ont abandonnés. Jean-Marc et moi nous arrêtons grignoter une barre et souffler un peu. Nous repartons difficilement. Les copains nous attendent un peu plus haut, sur un replat, dans un délicieux courant d’air. Nous finissons la montée et sur le plateau, nous trouvons un coin pour déjeuner sous les arbres. Le chemin se fait alors vallonné pour accéder au gîte. Mais il est trop tôt ! Une affichette : le gardien sera là entre 16 et 17 h ! Nous qui rêvions d’une bière et d’une douche… Tiens, en parlant de douche, la pluie se met à tomber. Nous mettons nos sacs à l’abri sous un petit au-vent.

CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE
CORSE - CARGESE - E-CASE

16 h 30, un quad, sur celui-ci un barbu. C’est notre gardien. Rien à dire, il est dans les temps… "Tout le monde est inscrit ? Coursimaux, c’est bon. Et vous ?" demande-t-il à deux personnes qui attendent aussi.

- "Iseu""Je ne vous ai pas.

J’attends deux Belges."- "Mais c’est nous !"- "Oh, moi, je note pas le nom des Belges, c’est trop compliqué 

!"Rustique, le refuge ! Deux bacs à douche, un rideau. Nous y allons en couple… Nous laissons la porte extérieure ouverte pour y voir un peu. Mais que c’est bon d’ôter toute trace de transpiration !

Allez, bières …Beaucoup d’humour et de bonne humeur au cours de cette soirée."Un panier repas pour demain ? Fallait me le dire avant.

Bon, je vais vous faire une salade de riz. La chasse en Corse ? elle ne ferme jamais. Des subventions sont versées pour élever des lamas en Corse.

Mais y’a pas de lamas en Corse !"

Et ça discute autour d’une énorme omelette aux pommes de terre et bruccio, de pâtes et d’un petit alcool de myrthe, offert par le patron.

 

CORSE - CARGESE - E-CASE
Commenter cet article