Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

LE PAVILLON

12 FÉVRIER 2021

 

 

Départ la veille, le jeudi en début d’après-midi. Il fait un temps superbe. Je suis ravie de retrouver cette région que j’adore, pas seulement les gorges, mais aussi tous les sommets alentours. Voici Moustiers Ste Marie et son étoile. Nous nous installons au camping de Montdenier, le propriétaire ayant aimablement accepté de nous recevoir. D’ailleurs, le voici qui arrive pour voir si tout va bien. Nous avions prévu de lui acheter du miel, il va nous en chercher à la ferme de Vincel où il habite. Puis nous partons faire une petite balade, histoire de nous dégourdir les jambes.

LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON

Vendredi, zut réveil sous la pluie. Le temps d’échanger quelques mots avec notre hôte, le crachin s’arrête et nous partons comme prévu pour le Pavillon. Oh, ce n’est pas le grand beau, mais il ne fait pas froid. Nous suivons à pieds un petit bout de route jusqu’au parking, point de départ de multiples randonnées. Un sentier sur la gauche passe entre Bellepierre et Cot de Jean Long. Nous nous dirigeons vers le ravin de Cine. Tiens, dans les falaises en face de nous, une belle entrée de grotte. Peut-être irons nous un jour, mais aujourd’hui, ce n’est pas le but… Par-ci, par-là, nous commençons à marcher dans la neige, Le ravin mène à un immense plateau, qui lui est bien enneigé.

LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON

Nous n’avons pas pris les raquettes, mais heureusement le manteau blanc porte bien. Nous grimpons en direction de petites barres rocheuses et récupérons la route forestière de Montdenier à la Baisse du même nom. Vers la droite, le panneau nous envoie au Pied du Pavillon. Il commence à faire très froid. Il nous reste environ 100 m de dénivelé pour parvenir au sommet. Allez, courage… Le brouillard nous enveloppe, nous cachant la vue. Magique, lorsque nous arrivons au point culminant (1625 m), la purée de pois se déchire et nous laisse admirer le Mourre de Chanier, le Chiran et de l’autre côté, le lac de Ste Croix, bon, un peu grisâtre, mais il est là ! Le vent glacé nous chasse et nous redescendons rapidement jusqu’à la Baisse de Montdenier.

LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON

Là, nous continuons la piste en direction du Col de St Jurs. La piste est un peu longue, mais avec la neige, c’est joli et juste avant le Petit Marignol, nous prenons un sentier à gauche qui descend vers le ravin de Vincel. La neige disparaît peu à peu. Nous passons entre les champs de lavandin. A proximité de la ferme, une superbe source bâtie, jaillit à flots. Nous voici de retour au fourgon où nous déballons notre pique-nique que nous dégustons un peu tard, mais...au chaud ! Il était temps, il commence à pleuvoir. Jean-Marc râle : comme d’ hab., il a trimballé son drône dans l’espoir de le faire voler pendant la rando puis il pensait retourner vers les champs de lavande, cet après-midi pour quelques essais : c’est rapé !!! "Finalement, ce n’est pas un bon investissement" maugrée-t-il ! Dans la soirée, le propriétaire du camping vient voir si nous étions bien rentrés, et c’est parti pour une bonne causette. C’est lui qui a construit les bories et tous les murets de pierres sèches qui délimitent les emplacements dans le camping. Il cultive les champs, élève les abeilles, distille le lavandin. J’en oublie sûrement, cet homme est passionnant !

LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON
LE PAVILLON

Samedi, le temps est grisounet. Nous partons essayer de repérer des failles d’où sortirait le brouillard en hiver. Nous faisons un bon tour, trouvons deux trous, mais vu que la brume nous enveloppe, nous ne sommes pas sûrs que ce soit les bons ! Allez, il est temps de rentrer. A Moustiers, le soleil pointe son nez. Allez, nous allons passer par la rive gauche des gorges. Mais au fur et à mesure que nous montons, la brume reprend ses droits. Inutile de continuer, nous ne verrons rien. Nous faisons demi-tour, déjeunons vers Baudinard, puis prenons le chemin du retour.

Qu’elle était agréable, cette petite escapade, un peu de liberté retrouvée...

 

14 km

723 m de dénivelé +

 

LE PAVILLON
Commenter cet article