Publié le par Cat&JM
Publié dans : #Rando spéléo

LES TRIBULATIONS DES BIANCO

 

 

 PARACOL

 

En ce début février, nous avions prévu de partir deux ou trois jours en camping-car. Las la météo nous en dissuada. Je sais "Qui trop regarde la météo, passe sa vie au bistrot". Zut, les bistrots sont fermés… Mais que va-t-on donc pouvoir faire ?

 

Vendredi 5 février

Petite balade de l’après-midi. Nous allons jusqu’au Val, nous garons au carrefour Val/Barjols et prenons la piste qui mène à N.D. de Péracol. Après le 2ème oratoire, un sentier sur la gauche nous appelle. Le but : trouver la grotte de la Poudrière, en contrebas de la chapelle. Nous l’avions déjà cherchée en vain, quelques années en arrière. Cette fois-ci, c’est sûr, nous allons la découvrir. Le sentier se perd rapidement dans les broussailles, les pierres roulent sous nos pieds, jolies glissades… Nous atteignons des falaises que nous longeons tant bien que mal, à droite, à gauche… "C’est peut-être un peu plus bas, là, tu vois, il y a encore des rochers" Que nenni ! La grotte est soit-disant bien connue des chasseurs.

PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS

Là-bas, un poste de chasse… c’est reparti au milieu des ronces, de la salsepareille et des petits chênes verts. Aille, ça pique ! Ouille, je suis accrochée. Pas de sentier, même autour de la cabane dans les arbres. Les chasseurs seraient-ils téléportés ? Nous remontons un peu, retournons vers les premières falaises et finissons par abandonner. Il faut redescendre. Nous tirons tout droit, baragnons, faisons les sangliers. Enfin nous atteignons un champ, longeons une propriété et rejoignons le tracé jaune vers les Fontanelles. Les mains, les bras en sang, la veste de Jean-Marc déchirée et moi, un bel accroc à mon pantalon, nous nous vautrons avec délice dans la voiture.

PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS

TRUEBIS

Samedi 6 février

Bizarre, nous avons mal partout ce matin. Et comme il faut bien varier les plaisirs nous embarquons Denis pour un petit tour dans Truebis. Qu’elles sont belles, ces deux entrées ! Nous passons par la sortie d’eau, sèche au début puis prenons sur la droite, en hauteur, la galerie de la Chauve-Souris (désertée de son habitante…). Ramping, escalade, c’est devenu carrément boueux, on a du mal à décoller les pieds ! Nous suivons le méandre déchiqueté (mieux vaut ne pas être là quand ça coule). Nous arrivons dans la salle de la Découverte.

PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS

Encore une escalade pour arriver dans la Grande Galerie qui nous amène enfin au siphon où des stalactites en hauteur font les fiers car l’eau ne peut les atteindre. Eau turquoise et transparente qui nous incite à quelques photos… Mais le bain n’est pas pour nous. Aussi faisons-nous demi-tour. Arrivés à la salle de la Découverte, Denis propose d’aller voir la galerie basse. C’est parti. Ah... de l’eau ! On n’a pas voulu se mouiller tout à l’heure, et voilà que nous avons de la flotte jusqu’en haut des cuisses… Heureusement, Denis reconnaît le passage et on se retrouve dans la galerie Principale. Petite variante par la galerie du Trop Plein et sortie. Vite des habits secs. Retour à la maison pour un apéro bien mérité.

PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
PROSPECTION ET TRUEBIS
Commenter cet article