LE GLACIER BLANC

Publié le par Cat&JM

LE GLACIER BLANC

 

Mardi 23 août

 

Pique-nique dans le sac à dos (Simon a insisté pour porter son déjeuner, son goûter et une bonne partie de notre repas), nous partons du Pré de Mme Carles vers 11 h 30. Une grande étendue plate nous mène au torrent que nous franchissons grâce à une passerelle. Jean-Marc montre à Simon la face Sud de la Barre des Ecrins,, le Fifre, le pic Coolidge les trois dents du Pelvoux, le glacier des Violettes. C’est alors que commence la montée. Évidemment, nous ne sommes pas seuls ! Ah voilà l’embranchement vers le Glacier Noir.

LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC

Julie, Philippe et Paolo sont allés voir le départ de Charly dans une grande voie avec René et Charlotte et sont donc partis après nous. Mais bientôt Paolo nous rattrape, tout content : "j’ai doublé plein de monde… " Nous laissant sur place, il continue son chemin. Simon lui emboîte le pas. C’est au tour de Julie et Philippe de nous rejoindre. Nous arrivons sur la butte qui domine le torrent issu du glacier. Nous grignotons une barre, histoire de reprendre des forces. En bas, la passerelle nous attend. De l’autre côté, nous devons remonter plus ou moins dans les rochers. Des passages câblés provoquent quelques embouteillages. Nous voici sur un replat où ça et là s’étendent de jolis petits lacs. Nous passons à côté de l’ancien refuge Tucket.

LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC

L’endroit pourrait ressembler au paradis, mais au-dessus de nous, tout là-haut, se dresse l’imposant bâtiment qu’est le refuge du Glacier Blanc. La montée est rude, des rochers, des barreaux (euh… deux!), des câbles. Il faut le mériter, ce déjeuner. Julie, impitoyable, nous entraîne encore un peu plus haut, vers un superbe endroit pour, enfin, déballer notre repas. Des marmottes, curieuses, viennent nous rendre visite. Mais Simon n’a qu’une envie : grimper plus haut pour se rapprocher du glacier. Tandis que Julie and Co vont guetter les marmottes avant de repartir, nous nous lançons à l’assaut du chemin dit "pour alpinistes". Nous passons une barre de rochers, retrouvons le chemin raide qui monte, monte encore.

LE GLACIER BLANC
LE GLACIER BLANC

Nous continuons jusqu’en haut de la moraine d’où nous pouvons contempler une bonne partie du glacier et des montagnes qui l’entourent. Là-haut, doit être perché le refuge des Écrins. Simon a des étoiles dans les yeux : "trop beau, on ne se lasse pas d’admirer…" Nous attaquons la redescente. Notre Loulou se retourne dès qu’il le peut pour graver les images dans son esprit. Au refuge, un arrêt s’impose : bières, jus de pommes, tarte aux myrtilles… Longue plongée dans la vallée (qu’elle est longue, la partie plate finale!) et retour au camping pour retrouver le reste du groupe. Grande voie pour les uns, escalade pour les autres. Et, ce soir, soirée pizzas…

Publié dans rando

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article