SENTIER MARTEL

Publié le par Cat&JM

Le sentier Blanc-Martel

Gorges du Verdon

2 mai 2014

 

 

Super les ponts: les copains sont dispos. La météo, pas terrible, mais si on s'arrête à ça... Deux voitures pour la navette : Didou, Flower et Lina dans l'une, Jean-Marc, Denis et moi dans l'autre.

Une belle équipe de bras cassés : qui une côte fracassée, qui un faux genou, qui une cruralgie, qui les artères...

En route. Didou prend de l'avance, rendez-vous au Muy. Là, pas de Didou, il a oublié la sortie ! C'est à Comps que nous nous retrouverons enfin. Nous laissons notre voiture au parking Samson et nous nous entassons dans celle de Didou jusqu'à la Maline. De là, nous plongeons dans les gorges. Qu'elle est longue cette descente ! Nous nous rapprochons peu à peu du Verdon qui illumine le paysage de sa couleur magique.

Heureusement, car côté ciel, c'est un peu noir... Nous remontons la rivière, le sentier est agréable, ça monte, ça descend, des marches par-ci, des mains-courantes par là. Un lutin a balayé toutes les pierres du chemin et les a posées en petits tas sur le bord. Tiens, des murets soutiennent le sentier au passage des éboulis. Notre mémoire nous joue-t-elle des tours ? Mais quel est cet escalier ? Nous n'en croyons pas nos yeux. C'est la descente du grand éboulis, bétonnée, sécurisée par des rampes... Adieu nature sauvage ! Nous continuons vers la Mescla et nous installons un peu avant pour déjeuner. Tiens, des gouttes ! C'était prévu, clament de concert Jean-Marc et Denis. Les gouttes deviennent rideau de pluie et nous battons en retraite pour nous abriter sous une minuscule avancée de rocher.

SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL

Nous avalons le reste de notre repas en vitesse et repartons à la première éclaircie. Oh la jolie baume ! Que nous aurions été bien là...

Nous gravissons en soufflant les marches de géant qui mènent aux "échelles" qui en fait sont devenues un immense escalier métallique. Le sentier se rapproche de nouveau du Verdon, les falaises grandissent et les rives se resserrent. Nous atteignons le couloir Samson. Le paysage est grandiose. En face de nous, une multitude de baumes nous narguent. Et si ça continuait ? Au dessus de nous, là-haut, très haut, des escaladeurs semblent collés à la paroi. Nous devinons les entrées d'anciens tunnels qui traversent la montagne. En parlant de tunnel, nous voilà au premier obligatoire. Distribution de frontales par Didou, un père qui ses copines ! Dans le second, des fenêtres percées dans la paroi, offre une vue vertigineuse sur la rivière. Encore un effort et nous arrivons au parking. Didou et Jean-Marc nous plantent là pour faire la navette. Que faire en attendant ? Mais si, juste au dessus, il y a une petite grotte que nous avions vue la dernière fois. Allez, nous embarquons Lina pour un baptême spéléologique. Nous nous enfilons dans un boyau remontant. Ça se rétrécit

. La côte de Denis le rappelle à l'ordre. Je continue en rampant dans la boue. En haut, une salle minuscule où je peux néanmoins me mettre debout. Une cheminée remontante, infranchissable. Du moins, je n'ai pas envie d'essayer. Demi-tour. Coucou aux araignées géantes qui nous regardent passer. Retour au parking. Pourquoi me regarde-t-on bizarrement ? Jamais vu quelqu'un d'un peu sale ? La pluie semble vouloir me laver, mais je préfère rejoindre les copains à l'abri sous un rocher. Enfin les voitures arrivent, le soleil revient. Il est 19 h. Il ne nous reste plus qu'à rentrer...

Cat.

SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL
SENTIER MARTEL

Publié dans rando

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Belle ballade verdonesque...mais quid de ce renard dans le montage de Cathy ?
Répondre