Publié le par Cat&JM
Publié dans : #spéléo

AVEN TAGADA

28 JANVIER 2016

 

Nous avions fait le Tsoin-Tsoin, pourquoi ne pas aller explorer le Tagada ? Christophe, qui ne demande que ça, est prêt à nous y emmener. Aussi en ce jeudi prometteur, nous passons chercher Jean-Marie, mieux connu sous le nom de "Monseigneur" par les vieux, euh pardon… les anciens spéléos du Var. 8 h tapantes, il est devant sa porte. Ayant fait une pause spéléologique pendant quelque temps, il a hâte de s'y remettre.

Nous l'embarquons et rejoignons Christophe à Solliès Toucas. En route pour Siou Blanc. Nous nous garons à Citerne Neuve (autorisation demandée – accordée, merci Monsieur Mallet).

AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA

Nous nous équipons, histoire de ne pas porter le matos, vu que nous avons déjà trois kits de cordes et un kit de bouffe à trimbaler. Un bon quart d'heure de grimpette, une vague sente qui s'insinue à gauche dans le sous-bois, et nous voilà au bord du trou. Christophe équipe le puits, pendant que nous soufflons un peu. "Libre…" Jean-Marc, lesté du kit n° 2, descend à son tour, puis Jean-Marie (kit n° 3). Enfin, c'est à moi (kit de survie…). Nous arrivons dans une grande salle, déjà bien concrétionnée, ce qui nous présage une jolie suite.

AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA

Une succession de puits avec quelques passages bien serrés, une courte remontée pour atteindre une lucarne qui donne accès à la suite de la descente. Enfin nous arrivons en haut d'une grande salle, la salle des Dents de la mer, à environ à – 110 m. Une belle descente d'une vingtaine de mètres nous fait comprendre le nom : des centaines de grosses concrétions blanches en forme de dents pendent du plafond. Est-il prudent de rester là ? N'allons-nous pas nous faire dévorer ? Faisant fi de ces considérations, nous entreprenons le tour du lieu. Magnifique ! Côté trémie, bien à l'abri au fond d'un trou, de petites perles des cavernes scintillent sous nos lampes. De l'autre, de splendides stalactites, voire des fistuleuses bouchent une petite galerie au sol concrétionné.

AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA

Nous nous installons dans un coin pour pique-niquer : pas question que je remonte le kit plein ! Jean-Marie déballe son sandwich au jambon beurre salé...sans jambon, oublié à la maison. Le repas s'anime : "Monseigneur" se déclare sceptique sur les nœuds de fusion. Les méthodes évoluent, en bien, en mal, éternel débat !!! Ne reste plus qu'à remonter. Je pars la première avec ma sache allégée. Jean-Marie me suit. Il récupérera un kit de corde un peu plus haut. Ensuite Jean-Marc assistera Christophe qui déséquipe. Les premiers mètres sont vite avalés. Les suivants, peut-être un peu moins. J'ai trop chaud dans ma combi épaisse. Je passe la lucarne en me tortillant puis continue la remontée.

AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
AVEN TAGADA

Ah, les passages étroits… Je passe au mieux en me promettant de perdre quelques kilos. Aie, ouille … J'entends Jean-Marie qui peste derrière moi. Ouf la salle, base du 1er puits. La-haut, j'entrevois le jour. Encore un petit effort, me voilà dehors. Un peu après, surgit un "Monseigneur" quelque peu fatigué. Dure, dure, la reprise ! "Je vais me remettre au sport" me déclare-t-il. Jean-Marc s'extirpe à son tour du trou, suivi de Christophe. Photo de rigueur. Nous regagnons le sentier, puis la citerne. Nous en rêvions… le moment est enfin venu de décapsuler une bonne bière !

Cat.

AVEN TAGADA
AVEN TAGADA
Commenter cet article