Publié le par Cat&JM
Publié dans : #spéléo

WEEK-END SPELEO AVEC LE CAF TOULON

 

12 février 16

 

Tout est prêt. 10 h, nous partons de Rocbaron. Zut, un oubli ! Retour vers le passé.

11 h, nous partons de Rocbaron. Vers Arles, nous appelons René et Charlotte : "où êtes-vous ?" Çà alors, ils sont juste devant nous. Nous nous retrouvons pour déjeuner, puis continuons, de concert, notre route. A Villeneuve-Minervois, nous regardons le ciel. Pas terrible, la météo ! Le gouffre de Castanviels, qui s'ouvre dans le lit d'un ruisseau, nous tente moyennement. Et si on allait repérer l'entrée de la grotte des Cazals ? Nous lisons la topo en diagonale et nous nous égarons dans les rues étroites de Sallèles-Cabardès. Un land-rover surgit en face de nous : "vous pourriez nous dire où se trouve l'entrée des Cazals ?" "Ah, c'est vous, les Toulonnais ? C'est moi qui vous emmène dans Cabrespine dimanche". C'est ainsi que nous faisons connaissance avec Alain Marty, du Spéléo Club de l'Aude, le contact de Jean-Marc. Il nous propose aussitôt de nous montrer l'entrée. Nous nous retrouvons à Marmorières, grimpons dans le Land, et c'est parti pour un tour de piste. Un petit bout à pieds, et voilà CazalsSSSS qui s'ouvre devant nous. Nous aurions pu chercher un moment ! Retour aux fourgons, direction Pradelles-Cabardès où se trouve le gîte "La Maison Forestière". A la mairie, nous récupérons la clef. L'accueil est sympathique. Ne reste plus qu'à préparer le repas en attendant Isabelle, Guillaume et Édouard, partis plus tard de Toulon. Enfin, 23 h 30, les voilà. Allez, au lit. Demain, départ 8 h.

GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS

13 février 16

 

Petit déjeuner avalé, nous retrouvons nos trois compères qui sont "presque prêts". Mais qu'a donc notre Doudou ? Silencieux, amorphe, tristounet. Serait-ce Christophe qui lui manque ? Qu'importe, "bouge-toi" lui intime Isabelle. Nous nous garons devant la grotte de Limousis et sortons le matos. Et voilà la pluie qui recommence. René déploie son auvent pour que nous puissions nous équiper au sec. Nous partons à pieds, cette fois-ci. Une petite demi-heure de marche et nous retrouvons l'entrée et son magnifique sureau. Une porte donne accès à une belle galerie fossile au plafond incroyable, sculpté par l'eau (lapiaz de voûte).

GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS

Nous la suivons jusqu'au bout, puis revenons sur nos pas pour nous faufiler dans le passage bas qui mène au réseau 77. Bah, c'est étroit, boueux, on se met minables. Mais c'est aussi ça, la spéléo ! Enfin, ça s'élargit. Nous passons à côté d'un gour. "Attention de ne pas y mettre les pieds, c'est trop beau." Nous arrivons en haut d'un puits et d'une salle immense. René cherche et équipe la vire. Zut, la corde est trop courte, il manque au moins 5 m. René remonte, récupère du mou, rééquipe, tandis qu’Édouard s'endort, pendu à un amarrage. Là-bas, au fond, une corde de 28 m s'envole vers les plafonds pour donner accès au réseau de la lévitation. Pas question de renoncer, Alain s'est fait mystérieux, ce qui nous promet une belle surprise. Ouf, ça y est. Nous voici au pied de la corde. Nous installons notre Doudou, en bas, sous une survie, l'acéto d'Isabelle entre les jambes, et grimpons vers le plafond.

GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS

Et là, merveille, deux petites salles, deux écrins abritant des joyaux brillants de mille feux, l'une s'ornant d'un gour translucide où se mirent des concrétions orange, blanches, et au fond duquel nichent des perles des cavernes, l'autre hérissée d'excentriques, tout simplement superbe.

Nous redescendons, retrouvons un Édouard endormi, déballons notre casse-croûte, faisons manger le malade et repartons. Jean-Marc part devant, suivi par notre zombi que je talonne au cas où… Derrière, Charlotte et Isa, René déséquipe avec Guillaume qui traîne le kit de cordes. Nous retrouvons les passages étroits, glaiseux. Aïe, ça glisse. C'est terrible les genouillères, de vraies savonnettes quand on rampe dans la boue en montant. Enfin nous ressortons. Miracle, le soleil nous accueille. Bon, le vent aussi… J'installe Edouard sous la survie, pendant que Jean-Marc part à la rencontre des autres.

GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS
GROTTE DES CAZALS

Enfin, tout le monde est dehors, nous retournons aux voitures, ramassons du bois et regagnons le gîte où nous attend une bonne douche brûlante. Isa prépare une tisane au miel pour le gamin qui ne peut plus parler. Angine ? Laryngite?Un bon feu ronronne dans la cheminée. Allez, c'est l'heure : apéro, et… délicieux couscous concocté par Charlotte. Y'a pas à dire, c'est parfait. Euh, pas tout à fait. Et le dessert ? Bien sûr, une odorante tarte aux pommes embaume la cuisine. Tiens, le livre d'Or du gîte. Isabelle suggère à Guillaume "avec ta verge, euh..., ta verve habituelle, tu devrais écrire quelque-chose". Et elle ne rougit même pas, Isa ! Même lorsque Guillaume réplique : "je crains que cela me soit difficile !" Fou rire général...

Cat.

GROTTE DES CAZALS
Commenter cet article