Publié le par Cat&JM
Publié dans : #spéléo

WEEK-END SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES

AVEN DE LA GLACIERE

AVEN DE LA CHAUVE-SOURIS

13 AU 15 AVRIL 18

 

 

Vu les conditions météo de la semaine dernière, les trous initialement prévus (Le Saint Joseph et la Grotte de Pâques) se transforment en La Glacière et l’Aven de La Chauve Souris. Christophe a réservé un gîte à St Cézaire où nous devons retrouver le petit groupe. Partis en début d’après-midi, le vendredi, avec René, nous avons largement le temps d’aller faire un tour vers La Moulière, histoire de voir comment se présente la situation. Bien nous en prend, malins les hommes !!! De la neige, de la neige partout ! Au moins 40 cm. Garés sur le parking en bas du télésiège, nous contemplons la doline. Allez, courage… René sort la pelle à neige et commence à creuser un chemin. Eh, mais ça devient raide ! Une corde est installée en sécurité. René assure Jean-Marc qui a pris le relais. Moi, je les regarde… Enfin l’homme prend pied au fond, à coté d’une jolie stalactite de glace. Tout va bien, l’entrée n’est pas bouchée. Ces petits exercices ont pris au moins une heure, c’est autant de gagné pour demain.

SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES

Nous rejoignons St Cézaire où Christophe et Édouard nous attendent. Peu à peu, le groupe se forme avec Luc, Alexandre, Guillaume, Alexandra et Bastien. Chouette, c’est l’heure de l’apéro.

 

René, Jean-Marc et moi sommes repartis à La Moulière pour y dormir et surveiller le trou, des fois qu’il se rebouche… Ou peut-être juste pour paresser un peu le matin !

SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES

C’est Doudou qui équipe sous la tutelle de Christophe qui trouvait qu’un de ses doigts était trop long et s’en était coupé un bout. Nous revoici au fond de la doline, fait pas chaud. La cavité porte bien son nom. Étroit le méandre qui mène à une petite salle, en haut du P18. Très étroit le P18, les souvenirs sont trompeurs... à moins que nous n’ayons grossi depuis la dernière fois ! Puis, c’est le P25 coupé par le pont de singe. Ah, tiens, on descend au fond, je croyais que l’on restait sur les câbles pour aller vers le réseau fossile. Bon, nous suivons... Nous enchaînons par le magnifique P27. Mais... c’est que nous sommes copieusement arrosés par une eau glacée dans la descente ! Surtout que Guillaume a la bonne idée de me faire arrêter en plein milieu, pour prendre une photo !

SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES

Nous partons sur la gauche, une petite escalade, une descente glissante, et… des feuilles accrochées à une bonne hauteur de la paroi qui nous dissuadent de continuer vers le salon. Nous remontons donc… sous la douche. Au puits supérieur, les courageux traversent le pont de singe et s’engagent dans l’autre réseau. René, Alexandra, Jean-Marc et moi préférons retrouver le soleil.

SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES

Nous attendons la sortie de la deuxième équipe, puis regagnons le gîte où, l’heure du dîner enfin arrivée, nous dévorons les deux énormes et délicieux plats de lasagnes cuisinés par Alexandre.

Dimanche, les clés du gîte sont rendues. Direction St Vallier où il ne nous reste plus qu’à trouver l’aven du jour. Nous empruntons la piste qui doit nous y mener. Stop, ça ne passe plus. Alexandre, Jean-Marc et moi, allons repérer à pieds. Secteur 129, un trou. Le bon ? Peut-être. Retour au fourgon. Alexandra qui doit équiper part avec Christophe, Édouard et Bastien.

SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES

Nous les rejoignons quelque temps après. Alexandra galère, non sans raison : ce n’est pas le bon trou. Oups, désolés…

A 100 m de là, dans le lit du ruisseau, s’ouvre le 129 V1, autrement dit l’Aven de la Chauve Souris. Allez, Alex, recommence… Petite désescalade, succession de puits, méandres, escalade, échelles de fer, rien n’est vraiment large, rien n’est vraiment étroit. L’avantage, c’est qu’il ne fait pas froid. En bas des cordes, nous partons d’un côté, ça semble queuter. Et si on grignotait ? Nous partons de l’autre côté, ça queute… On remonte. Christophe prend la tête, tout en surveillant que je suis bien derrière. Deux têtus, Alexandre et Bastien, se réengagent dans le premier passage où nous avons fait demi-tour et c’est transformés en blocs de boue qu’ils réapparaîtront à la surface, suivi de Luc qui déséquipe.

SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES

Phase de réhydratation avant de nous quitter. Enfin, pas tous. René, Alexandre, Guillaume, Jean-Marc et moi empruntons la route étroite des gorges de la Siagne pour aller admirer l’entrée de la Grotte de Pâques. Le site est splendide, grandiose. Dès l’entrée, de l’eau. Nous redescendons voir l’entrée de La Foux, d’où l’eau sort en un bruit assourdissant. Il est déjà 20 h ! Il est temps de reprendre la route...

SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
SPELEO DANS LES ALPES MARITIMES
Commenter cet article