Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

DERNIÈRES VACANCES AVANT CONFINEMENT

CASCADES DU HERISON

 

Youpi, Jean-Marc est en vacances. C’était prévu depuis longtemps, nous partons ! Par le chemin des écoliers, nous allons voir les Parisiens. Le camping-car est prêt, direction Lus La Croix Haute. Et c’est au Vallon de la Jarjatte que nous passerons notre première nuit.

CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement
CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement
CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement

Jeudi 5 mars

Au petit matin, malgré le temps maussade, nous prenons la route vers le Jura, passons vers Bourg en Bresse, mais la pluie nous dissuade de faire la rando prévue en arrivant. Nous prenons donc notre temps et suivons la vallée de l’Ain. Une pause déjeuner, puis nous longeons les gorges de la rivière, bien gorgée d’eau. De nombreuses usines hydroélectriques jalonnent notre parcours. Nous continuons notre chemin vers Orgelet. Et pourquoi ne pas faire un tour vers les cascades du Hérisson ? Pas grand monde sur le parking !

CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement
CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement
CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement
CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement
CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement
CASCADES DU HERISON-dernières vacances avant confinement

A peine sortis du fourgon, un déluge s’abat sur nous. Qu’importe ! Nous bravons les éléments et commençons à grimper. Cascade de l’Éventail, qui n’en a plus que le nom, tant l’eau recouvre tout, cascade du Grand Saut, Gour bleu. Peut-être a-t-il été bleu un jour ? Nous nous arrêtons là, car le passage câblé au raz de l’eau nous fait craindre d’avoir les pieds mouillés au retour. La crue n’est pas loin et il pleut toujours. Gaffe en redescendant, le sentier est bien sûr boueux, les escaliers métalliques glissants. C’est avec plaisir que nous nous séchons, au chaud dans le camion, sirotant, non, non pas une bière mais un thé brûlant. En route pour Arbois. Et qu’achète-t-on à Arbois ? Du Macvin, bien sûr. Nous bivouaquons aux Planches, prêts pour notre balade de demain.

Commenter cet article