Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

PÈLERINAGE AU CHIRAN

23 FÉVRIER 2020

 

 

 

Six ans, jour pour jour, que notre rando au Chiran s’était terminée par un petit tour d’hélicoptère. Pas question de faire la balade sans Denis… Cette fois-ci, nous partons le samedi après-midi pour être sur place et démarrer de bonne heure le matin. Hum, sympathique la petite route de Majastres surtout avec le camping car. En plus, ce sont les vacances scolaires et nous croisons du monde. Bon, on y est. Denis installe sa tente et nous attaquons l’apéro. Mais quand vient l’heure d’aller au lit, nous avons une pensée émue pour le malheureux qui quitte la chaleur du camion pour un duvet froid.

Dimanche, 7 h. Pliage de tente, petit déjeuner et c’est parti pour une belle journée. Grosse différence avec notre rando d’il y a 6 ans, la neige a disparu ! Les raquettes restent dans le camion.

LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN

Ça démarre fort, quelques marches et un sentier raide nous mène à l’esplanade d’où partent plusieurs chemins. Nous nous élevons dans le bois pentu et arrivons dans le vallon entre La Trappe et les crêtes du Chiran. Nous retrouvons le sentier bien connu qui grimpe en diagonale vers l’arête. Diagonale ne veut pas dire facilité... Le pas se ralentit. Ouf, nous y sommes. Il ne nous reste plus qu’à suivre l’a-pic en dents de scie. Attention toutefois de ne pas trop s’approcher. Les rafales de vent sont traîtres ! Mais la vue sur le Montdenier, le Pavillon, est superbe. Nous voici au premier petit sommet.

LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN

En bas, un troupeau de chamois nous a senti venir. Ils se dispersent rapidement. Bon, il faut descendre. En bas, un petit plan d’eau, une cabane de berger attendent le printemps et les premières transhumances. Allez, courage, l’observatoire nous attend, c’est la dernière montée. Enfin le panneau, Le Chiran, 1905 m. Nous suivons le bout de piste, passons le portail, allons vers la table d’orientation. Dommage, le refuge est fermé. Nous aurions bien bu un chocolat chaud (ou une bière…). Nous cherchons un coin à l’abri du vent pour déjeuner. Il est à peine midi. Zut, un randonneur, puis deux, puis cinq, six viennent troubler notre sérénité. Bien sûr, la montagne est à tout le monde…

LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN

Café bu, nous attaquons la redescente et piquons dans le vallon qui nous mène à la Cabane de Peire Naisse. Un chamois traverse avec grâce et légèreté juste devant nous. Après la cabane, bien sûr, il faut remonter, traverser un vallon, gravir une bosse, une autre… Jean-Marc cherche son rocher, celui où il a attendu l’hélico. Là ? Non, plus loin… Non, c’était avant… Mais l’essentiel est de ne plus avoir besoin de l’utiliser ! Un vent chaud a remplacé les rafales glacées et nous transpirons. Nous sommes encore bien loin de Majastres et il nous faut un moment avant d’arriver aux panneaux Blieux, Le Poil. Reste la descente raide qui nous fait retrouver le fourgon. Quelles sont bonnes les bières savourées pour fêter l’anniversaire de la renaissance de l’Homme !

LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
Commenter cet article