AVEN DE LA LEICASSE

Publié le 26 Mai 2021

AVEN DE LA LEICASSE

22 JUIN 2021

Chouette, encore un week-end de trois jours ! Laure et Franck songent à faire une incursion dans l’aven de La Leicasse, près du hameau du Coulet, vers St Maurice de Navacelle. Ah, La Leicasse ! J’en entends parler depuis le 1er rassemblement national CAF, organisé par le SCAL en 1986 ! "Et si vous veniez avec nous ?" suggère Laure. Nous ne sommes pas longs à nous décider. C’est d’accord !!! Nous partons le vendredi après-midi pour le camping de la Vacquerie. Ouvert ? Fermé ? Ce sera la surprise. Une fois sur place, vers 18 h, nous trouvons une grande esplanade fauchée, douches et W.C. opérationnels. Christophe arrive, puis Franck, Laure et les filles vers 20 h, Denis, une heure plus tard. Soirée sympa autour d’un apéritif copieux et d’un repas commun. Allez, au lit. Demain, la grande aventure nous attend.

AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE

Vers 9 heures, nous partons pour le Coulet, Jean-Marc dans le fourgon de Christophe, Laure et moi dans celui de Denis. Nous trouvons, sans problème, la piste qui monte à la cavité. Dur, dur pour les camions, les branches caressent (méchamment) la carrosserie et dans un virage des pierres sont placées sous les roues pour permettre le passage. Ouf, nous y voilà ! L’entrée est à quelques mètres, superbement bâtie. Nous nous habillons, et Christophe se lance dans l’équipement. Premier puits de 10 m qui arrive dans une petite salle concrétionnée. Un ressaut de 5 m doit nous permettre de récupérer le méandre en dessous, mais la corde est un peu juste. On récupère tout le mou possible et… victoire Christophe s’engage dans le méandre. Pendant ce temps, Laure retourne aux voitures chercher d’autres cordes. On ne sait jamais…

AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE

On se contorsionne un peu dans le méandre, dans les ressauts qui suivent et on arrive à la tête du P 109 (Puits du Robot). Laure nous rejoint après avoir un peu rééquiper. Nous nous faufilons dans le départ étroit. 36 m en contre-paroi, magnifique avec sa lame de rocher qui semble vouloir protéger notre descente. Un palier, puis c’est la deuxième partie de 35 m, plein vide qui permet d’accéder par un pendule à une plateforme à ne pas rater. En dessous, reste encore une quarantaine de mètres. Christophe se tortille, se balance et enfin attrape le rocher.

AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE

Nous sommes sur une belle terrasse. Un superbe château en glaise témoigne des heures d’attente passées en bas du puits par des générations de spéléos. C’est le moment de grignoter avant de continuer vers une coulée de calcite blanche équipée et la galerie des Meulières. Et c’est le fameux Shunt des Garrigues, niché derrière un gros rocher, entre trois cairns. Ça descend raide, c’est étroit. Nous jouons les anguilles sur la corde en fixe. Tiens, ça remonte. Mais pourquoi ont-ils mis des nœuds sur ce bout de nouille ? Nous voici dans la galerie des Gours sur pattes. Réfléchissons :" la salle innommable, elle est par là, ou par là ?" Trouvée ! Un éboulis de blocs nous mène à la 1ère salle où nous retrouvons à – 184 m la Galerie de la Nuit Blanche. Puis, une salle où le plafond s’est effondré (Les Dalles), la salle du Bidon Bleu, et la salle Edmond Milhau.

AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE

Nous photographions la clochette et la dédicace faite par sa petite fille. Notre but est atteint. Il ne nous reste plus qu’à faire demi-tour. Christophe s’arrête au bidon bleu : "il paraît que l’eau est bonne, on verra bien demain…" Nous crapahutons sec jusqu’à la base des puits. Christophe se lance, puis Jean-Marc, Denis, Bibi et Laure. Je bourinne un peu dans les passages étroits sans écouter Denis :"va doucement, cm par cm". Bon, ça passe, même si la souplesse s’est envolée… Nous voilà dehors. Il fait chaud. Nous rêvons d’une bonne douche. Mais il faut redescendre la piste…

Au Coulet, nous nous arrêtons photographier une limite de crue. L’eau a rempli la cuvette, sans qu’il n’y ait aucun cours d’eau ! Arrivés au camping, le temps s’est rafraîchi, l’envie de douche a disparu. Nous ne rêvons plus que d’un super apéro, d’un super repas. Laurent est arrivé entre temps. Nous racontons nos exploits, Franck raconte sa journée avec les filles. Demain, ce sera à nous d’aller balader. Franck, Laurent plongeront à leur tour dans ce gouffre magique, avec Christophe bien sûr. Une petite pointe de regret pour Laure qui y serait bien retournée, mais choisit de rester avec ses filles, Denis et nous.

AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE

Dimanche

Nous prenons notre temps." Et si nous mangions de bonne heure et partions après : pas de repas à porter…" En début d’après-midi, nous sommes en route pour le cirque de Navacelle. Les filles, qui y sont allées hier, nous servent de guides. Mais que de monde ! Pour nous éloigner de la foule, nous traversons le pont et remontons La Vis jusqu’au barrage. Retour à Navacelle. Clémence et Alice n’ont pas oublié qu’hier, elles avaient mangé une glace. Arrêt obligatoire ! Miam ! Nous montons jusqu’à la Vierge qui domine le méandre. Nous reprenons les fourgons et passons par Blandas où des belvédères dominent le paysage. Message des copains : "nous sommes sortis". Il est temps de retourner au camping. Il fait moins froid qu’hier : douche. La deuxième équipe a visité d’autres galeries et tout le monde est ravi. La soirée se passe dans la gaieté et la bonne humeur.

AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE
AVEN DE LA LEICASSE

Lundi

Il faut rentrer. Sniff ! Profitons encore un peu. Après le départ de nos trois copains, Laure, Franck, les filles, Jean-Marc et moi allons jusqu’à l’aven de Rogues (future explo, peut-être?). Nous y pique-niquons avant de reprendre la route.

 

Quel merveilleux week-end !

Rédigé par Cat&JM

Publié dans #spéléo

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article