Publié le par Cat&JM
Publié dans : #spéléo
TRAVERSEE TROU DU GLAZ - GUIERS MORT

 

 

Participants: Jacques Morel,Christophe Duval,Cat Bianco, Jean-Marc Bianco.

 

Invités par Jacques pour cette traversée dont nous rêvions depuis des années, nous avons sans hésitation dit : OUIIIIII !!!!!!

Tout est prêt depuis la veille au soir, aussi prenons-nous vite la route le vendredi après le boulot pour le massif de la Chartreuse où nous arrivons vers 22 h. Nous retrouvons Jam’s au Col du Coq au-dessus de St Pierre de Chartreuse. Retrouvailles autour d’un petit apéro, comme il se doit, repas rapide et vite au lit, la journée de demain sera longue.

 

Samedi 19 juin

 

Lever 7 h. Il a plu toute la nuit. Grand débat du matin : comment allons-nous monter à l’entrée du Trou ? Sous-combi + pantalon et veste étanches ? Sac poubelle ou survie maintenus par le casque, façon cape ? Parapluie chinois ? Et qu’en ferons-nous une fois en haut : les traîner avec nous ? Retourner les chercher demain ?

Faisons d’abord la navette, on verra après… Nous déposons le fourgon de Jam’s à Perquelin et revenons au Col du Coq où nous retrouvons Christophe qui arrive direct de La Ciotat !

Bon, le temps se lève un peu. Nous prenons le risque de partir en sous-combi. Jolie montée qui nous mène en 1 h à l’entrée du Trou du Glaz.

Un peu frisquet, le trou, comme en témoigne la glace sous le porche.

Il est midi, nous voilà partis.

La galerie d’entrée puis un passage surbaissé nous mènent à une série de puits : les puits de la Lanterne, équipés en fixe. Leur descente nous amène à un étage inférieur.

En bas du puit de la Lanterne 3, la galerie d’abord petite (chatière du Polonais), se poursuit par la galerie des Marécages qui donne sur le puit de la Lanterne 4.

Nous laissons les kits à côté du P 36 pour aller admirer le puits du Lac, le puits Fernand et le puits Labour, sur le trajet de la traversée Glaz/Annette. Tiens, des voix, de la lumière… Evidemment, des spéléos en train de casser la croûte à côté du puit Fernand. Nos chemins ne feront que se croiser, puisqu’ils se dirigent vers Annette.

De retour au P 36, nous grignotons à notre tour. Jacques installe la corde, c’est le 1er puits non équipé. Nous descendons. Christophe rappelle la corde… Oups !!!!!!, plus de demi-tour possible !

Joli méandre actif où il ne faut pas trop s’élever. Jean-Marc, qui a bien lu la topo, reste en hauteur!!!. Je le suis aveuglément comme doit le faire une ''épouse soumise''. Nous devons donc redescendre en oppo. Au secours, Jean-Marc, je glisse ….. Ouf, nous voilà en bas.

Quelques ressauts à équiper et nous suivons le ruisseau jusqu’au puits de l’Arche. Nous le descendons sur 2 m pour rejoindre la galerie qui mène au puits des Malchanceux.

La galerie continue jusqu’au P 11 du Bivouac. Jacques nous propose de chercher la suite de l’itinéraire : 2 voix à droite, 1 voix à gauche. Perdu ! il faut partir à gauche. Mais nous irons tout de même voir à droite le puits des Galets, très caractéristique. Nous y cherchons un œuf parfait, pour Christophe mais le parfait ne doit pas exister et nous repartons bredouille.

Nous revenons sur nos pas et prenons à gauche la galerie des Champs Elysées.

Un carrefour plus loin, nouveau détour vers le puits Tony (60m).

Puis c’est la galerie des Champignons, très en pente. Ca descend, encore et encore. Bizarre, les concrétions sont profilées par le vent. Puis c’est la cascade rocheuse que nous remontons sur 40 m.

 

TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES
TRAVERSEE DE LA DENT DE CROLLES

Jacques nous explique que si celle-ci n’avait pas été équipée, nous aurions dû passer par le puits Noir. Pendant notre remontée, ce dernier, infatigable, en profite pour visiter la galerie de la Vierge.

 

Nous continuons par la galerie des 2 Frères, jusqu’au puits Banane au pied duquel nous nous retrouvons dans une galerie surcreusée, le boulevard des Tritons.

Jacques, très attentionné, me longe à lui pour éviter que la crevasse peu sympathique ne m’engloutisse !

 

Nous arrivons à un nœud du réseau : sur la gauche, une galerie un peu basse mène en haut du puits Noir.

Elle est ornée de jolies concrétions blanches, striées de noir (manganèse). Sur la droite, c’est l’arrivée de la galerie du Solitaire. Petite pause grignotage, accompagnée d’un excellent thé préparé par Jacques.

Un peu plus loin, un bruit de cascade en crue :

le puits Mystère.

 

Nous passons à côté d’une arrivée d’eau en plafond juste avant la vire Rias.

Nous continuons vers le puits Isabelle, ENORME !!!!! Jean-Marc reste en haut pour faire des photos pendant que nous franchissons la vire qui nous mène de l’autre côté du puits, une dizaine de mètres plus bas.

Nous continuons notre progression par la galerie Perquelin, toute déchiquetée.

Un boyau descendant nous mène à une diaclase où nous faisons une incursion involontaire vers « Gruyère-Eponge ». Rien que le nom nous fait faire demi-tour et nous arrivons au puits Pierre (35m), équipé. En bas, départ du réseau Sanguin. Nous rampons sur un lit de pierres et franchissons laborieusement 3 chatières où Jean-Marc creuse son trou !

Ouf, ça s’élargit. Nous arrivons dans la grande Galerie de sortie du Guiers Mort.

Il est 21 h. Il fait encore un peu jour et la vue est magnifique. L’eau qui jaillit sur le côté s’étale sous le porche et s’écoule en une superbe cascade large d’une dizaine de mètres.

Dernières photos et redescente par un sentier très pentu qui nous mène en 3/4 h au camion de Jacques. Nous nous changeons, nous nous couvrons. Il fait 3°

Retour au Col du Coq. Christophe nous abandonne et reprend la route pour La Ciotat. Quel courage ! Merci à lui pour sa gentillesse, son calme, sa patience et son côté sécurisant. Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié la façon dont cette traversée s’est déroulée, sans courir, sans stress, les incursions à droite ou à gauche pour admirer ceci ou cela, les arrêts photos, les pauses repas, les explications de Jacques.

 

Jacques, Jean-Marc et moi remontons au Col du Coq pour un repas chaud bien mérité et une bonne nuit. Le lendemain, au réveil, il fera 1° et les sommets seront blancs.

 

 

Merci à Jacques pour cette belle aventure.

Cat.

Commenter cet article