IGUE DE SAINT SOL

Publié le par Cat&JM

IGUE DE SAINT SOL

 

Les copains ne tardent pas à revenir, contents de leur explo. Joyeuse assemblée, ça se régale, ça rie, ça discute, ça couine. Bien, c'est à nous maintenant d'aller plonger dans le puits de 66 m. Nous gravissons la piste et au bout d'un quart d'heure, nous arrivons à l'Igue. Joli puits protégé par un grillage. Nous franchissons la porte. Nos prédécesseurs ont équipé en double. D'un coté, un fractio vers – 25 puis un beau jet de 40 m, de l'autre, à partir de l'arbre, un fractio supplémentaire. La descente se passe sans problème et nous voilà tous réunis en bas : Laure, Karine, Estelle, Julie, Jean-Marc et moi. Bien entouré le Jean-Marc !

IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL

Nous partons dans la galerie la plus courte. Par terre, de la boue liquide... Ça glisse ! On se croirait sur une patinoire ! Un ressaut savonnette. J'essaie, je retombe. Jean-Marc essaie, il retombe. Tour à tour, chacun(e) tente de franchir l'obstacle, en vain. Grosse rigolade. Enfin, Estelle domine le passage, puis nous aide. Un peu plus loin, Laure dans une descente, part en glissade et arrive en bas plus vite que prévu. Heureusement, pas de bobo.

IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL

Prudente, je cherche un autre passage : là, sur le côté, un peu étroit, mais ça passe. La galerie est ornée de superbes concrétions, draperies, disques, colonnes. On en prend plein les yeux. Et là, tout au bout, une énorme stalagmite sur laquelle coule de l'eau tombant du plafond. Demi-tour. L'autre galerie nous attend. De glissade en glissade nous parcourons la galerie la plus longue, mais la plus facile.

IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL
IGUE DE SAINT SOL

Tout aussi jolie que l'autre, elle nous offre néanmoins quelques surprises : un vélo (un vrai!), un coin bivouac comme on en verrait dehors, entouré de murets, une salle à manger confectionnée avec des dalles de pierre et plus loin un atelier de modelage. L'imagination des spéléos est sans limite... Nous restons un grand moment à contempler leurs œuvres. Mais il est déjà tard et nous rebroussons chemin. Ne reste plus que le puits à remonter. D'en bas, nous apercevons le jour, là-haut, loin, loin. Courage. Jean-Marc et Laure se collent au déséquipement. Voilà, c'est fait. Retour au camion. Les hommes chargés de la garde des enfants, sont en pleine partie de pétanque ! Nous partons nous installer au camping à la ferme que nous avons repéré ce matin. Une bonne douche et nous regagnons le gîte. Les filles mangent et bientôt vont se coucher. Une histoire et dodo. Apéro. Nous finissons le bœuf bourguignon et chacun raconte sa journée, ses impressions, ses découvertes. Encore une bonne journée...

Cat.

 

Publié dans spéléo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article