Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

LE VIEUX CHAILLOL par le vallon de Tourond

16 JUILLET 2016

 

Nous sommes partis hier soir avec Denis, direction Champoléon. Nous nous sommes garés sur le parking bas des Fermons (1320 m). Faisait frisquet, aussi nous sommes-nous réchauffés avec un petit apéro. Pauvre Denis qui a dû monter la tente… Mais finalement, au petit matin, il s'avère qu'il a bien dormi. Vers 7 h 20, c'est le départ. Sur une piste qui coupe la route à deux reprises et se transforme en sentier, nous montons en direction du refuge du Tourond. Un peu en dessous du refuge, nous traversons le torrent du même nom et prenons la direction du col de Côte Longue. Le sentier, à l'ombre, grimpe doucettement. Nous passons à côté de la cascade de la Pisse, le paysage est superbe. Partout des fleurs égaient notre passage, petits œillets sauvages, myosotis, rhododendrons, gentianes.

VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL

Nous nous élevons peu à peu. De l'autre côté du vallon sort une cascade de l'unique résurgence du massif des Écrins. Nous redescendrons par là, suggère Jean-Marc, en essayant de repérer l'itinéraire pour y accéder. Nous grimpons toujours. Qu'il est loin, le col ! Le paysage change. Tiens, le marquage a disparu. Nous suivons les cairns à travers un pierrier. Il serait temps de grignoter une barre, Denis nous propose des fruits secs : le petit déjeuner est loin. Enfin nous y sommes (2679 m). Petite pause, puis nous grimpons en direction de la cabane des Parisiens (2695 m), sur l'ancien canal de Mal Cros. "On mange là ?" propose Jean-Marc.

VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL

Mais le sommet nous appelle, encore au moins 400 m de dénivelé, nous préférons continuer. Bien nous en prend, la montée est rude, quelques cairns, des névés à traverser, un cheminement aléatoire… Denis ralentit l'allure, pas copain avec l'altitude. Nous nous hissons en direction du sommet et… nous y voilà ! (3163 m). Photos… Vue sur les Ecrins, le Viso, le Dévoluy. On en prend plein les yeux. Nous nous installons un peu plus loin pour déjeuner. Mais Denis ne peut rien avaler, nous redescendons. Pas facile, la descente. Nous naviguons au mieux en direction de la cabane. Denis ressuscite et nous reprenons notre repas. Il est 14 h. Un café et en route.

VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL

Nous plongeons vers le col de Riou Beyrou. Au début, deux cairns mais bientôt, seul le sens de l'orientation de Jean-Marc et Denis (je ne parle évidemment pas du mien!) nous guide. Nous zigzaguons à travers les barres en cherchant la faille calcaire où s'infiltre l'eau qui a façonné le petit canyon souterrain. "Là, c'est là". Nous sommes ravis d'avoir trouvé. Mais où part Jean-Marc, à flan de montagne ? Voir la sortie d'eau, bien sûr. Denis soupire : " mais il n'est jamais fatigué !!!

" Nous reprenons la descente, longue, longue ! Nous passons vers la Bergerie (Jas des Pierres) et continuons sur le refuge du Tourond. La boucle est bouclée. Pourtant nous ne sommes pas arrivés ! Je me transforme en zombie et marche machinalement. Vers 19 h 20, nous sommes au fourgon. Nous avons fait 2000 m de dénivelé positif et 20 km. Nous en rêvions, nous la savourons, la bonne bière qui nous attendait au frais. "On dort là ou on rentre ?" Jean-Marc pense à son programme bricolage de demain : "on grignote un morceau et on rentre…" Décidément, infatigable, cet homme !

Cat.

VIEUX CHAILLOL
VIEUX CHAILLOL
Commenter cet article