Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

RIVIERE QUIOCK

Samedi 6 mai

 

Dès 5 h30 du matin, branle-bas de combat. Ce que l’on a pu mettre de bazar en 10 jours ! Nous rangeons, nettoyons, bouclons les sacs. Dès 8 h 30, nous sommes prêts à partir (l’avion est à 15 h 15!!!) Adieu Françoise. Bon, nous avons le temps d’aller faire un petit tour au sud de l’île, à la pointe Diamant. En face de nous, le rocher Diamant sur lequel se trouvent des vestiges de l’occupation anglaise de 1800. Sur la plage, un monument commémore le naufrage d’un navire négrier. Près de là, la maison du Bagnard, sculpteur envoyé au bagne de Cayenne pour avoir sculpté l’effigie d’un notable ! Nous nous acheminons doucement vers l’aéroport. Nous rendons la voiture. Mais il est encore beaucoup trop tôt, l’enregistrement des bagages n’est qu’à 13 h 45. Nous voilà donc, à pieds, nos gros sacs sur les bras (enfin, sur un chariot…) à chercher où déjeuner. Les snacks sont au premier étage, les chariots interdits dans l’ascenseur. Obligés de nous rabattre sur le Burger King, à l’extérieur ! Enfin c’est l’heure. Plus légers, nous passons les contrôles, attendons dans la salle d’embarquement. Ca grésille dans le haut-parleur : "Suite à un problème technique, le vol Air Caraïbes n° 310 (le nôtre bien sûr), partira à 15 h 50 au lieu de 15 h 15". Inquiétant tout de même ! Nous décollons à l’heure où nous aurions dû arriver. Le temps de boire un jus d’orange et nous atterrissons à Pointe à Pitre. Récupération des bagages, de la voiture, la routine… Direction Vernou à Petit Bourg où nous accueillent chaleureusement Pascal et Cathy. L’appartement est agréable, propre, avec clim dans la chambre et jacuzzi dans la salle de bain. Une terrasse s’ouvre sur le jardin, face à une haie de balisiers en fleurs. Vite, quelques courses, le dîner, et au lit.

GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK

Dimanche 7 mai

 

Hier soir, nous nous sommes couchés sans rien ranger. Il faut s’y mettre. Ça, c’est fait ! Nous pouvons partir randonner. Pas loin de Vernou, la trace de la rivière Quiock nous attend. Nous nous garons à la maison forestière, sur la route de la Traversée. Nous partons sur le sentier, five-ten aux pieds. "Bonne idée" Jean-Marc ! Boue, racines, racines, boue ! Je retrouve ma forêt tropicale, pas tout à fait la même qu’en Martinique, des arbres plus hauts, une végétation moins dense, un peu moins de fleurs. Mais elle est impressionnante avec ses fougères arborescentes, ses palmiers, ses plantes épiphytes se disputant les troncs des arbres. Et que dire de ces sortes de philodendrons géants appelés aussi oreilles d’éléphant.

GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK
GUADELOUPE - RIVIERE QUIOCK

Après bien des montées et des descentes, toujours dans la boue et sur les racines, nous arrivons enfin à la rivière. Nous devons la traverser 17 fois. Que c’est bon de mettre les pieds dans l’eau ! Une fois, deux fois, le sentier monte, descend. Boue, racines, traversées encore et encore. Que c’est beau ! Nous déjeunons au bord de l’eau. La boucle nous ramène sur la route de la Traversée. Un chemin, longeant la route nous reconduit à la Maison Forestière.

Nous rejoignons la rivière Bras David pour laver chaussures et bâtons. Là, des kiosques (carbets) abritent des familles entières venues pique-niquer. Nous commençons à discuter, puis nous nous installons, un Ti-punch (préparé dans les règles de l’art) devant nous, des mangues julies dans les mains. On nous propose même du poulet grillé sur le barbecue… Vraiment sympa ! Nous rentrons à la maison où je me plonge avec délice dans le jacuzzi…

 

Commenter cet article