Publié le par Cat&JM
Publié dans : #raquettes

SORTIE RAQUETTES/CASCADES DE GLACE

24 AU 28 JANVIER 2013

 

ORGANISE PAR LE CAF TOULON

 

 

Participants : René et Charlotte

Guillaume

Hadrian

Jean-Marc et Cat

 

 

25 janvier

 

Nous rejoignons René et Charlotte dans la vallée de Freyssinières. Ils ont déjà passé la journée d'hier à repérer les cascades de glace. Malheureusement, celles-ci ne sont pas en condition et nous devrons changer de coin demain. Brr ! Fait pas chaud. Repas vite avalé et au lit. Ouf, on a prévu les gros duvets.

 

26 janvier

 

Debout 7 h. On doit retrouver les jeunes au gîte de Freyssinières. Tiens, bizarre, pas moyen d'allumer le chauffage. La plaque de cuisson non plus. Les gourdes ont gelé. Pas d'eau, pas de gaz, nous regardons le thermètre : - 20° ! Seul le contenu du frigo est encore en état ! Nous squattons alors chez les voisins qui eux, ont le chauffage. Après avoir récupéré Guillaume et Hadrian au gîte, nous allons jusqu'à Ceillac où les cascades sont praticables. Nous nous garons au parking du Pied du Mélezet. Charlotte et ses acolytes, crampons aux pieds, piolets en mains, se dirigent vers le départ de la première cascade. René, Jean-Marc et moi chaussons les raquettes et commençons à gravir le GR5. Petit coucou au passage à nos trois copains et nous montons, montons... Nous quittons le GR5 pour suivre la crête vers le Pas du Curé, jusqu'à 2350 m d'altitude. Superbe. Nous entamons la descente dans un vallon. Et si on grignotait ? Oui, là, au soleil. Nous nous installons, mais en quelques secondes l'ombre est sur nous. Nous battons en retraite. Le dessert sera pour une autre fois ! Nous descendons vers le lac Miroir (2214 m). Nous récupérons le GR5 et à la passerelle qui enjambe le ruisseau de la Pisse, la boucle est bouclée. Le chemin, raide à la montée est aussi raide à la descente ! De retour aux camions, nous attendons nos "cascadeurs" qui ne tardent pas à arriver, ravis eux aussi de leur journée. Il ne nous reste plus qu'à rejoindre le gîte de Freyssinières où nous dînerons avec Hadrian et Guillaume. Espérant avoir moins froid, nous bivouaquons vers la Fontaine Pétrifiante de Réotier.

RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC

27 janvier

 

Retour à Ceillac. Guillaume et Hadrian ont gagné leur autonomie. Aussi Charlotte se joint-elle à nous. Nous nous garons près du V.V.F. Raquettes aux pieds, nous rejoignons le GR5, cette fois-ci dans la direction de château Queyras, passons à côté du Villard et prenons le sentier qui grimpe jusqu'au Col Fromage (2336 m). Vue à 360° avec le Mont Viso en face de nous. Nous contournons un abri à 2360 m et passons sous les crêtes de Rasis avant de rejoindre le vallon du même nom. Très joli, ce vallon. Mais qu'arrive-t-il à Jean-Marc ? Il plonge dans la neige, une jambe au fond d'un trou ! Et ce, à plusieurs reprises. Ça doit lui plaire ! Il est vrai que des "pièges" se cachent sous la neige qui cède sous nos pas. Nous arrivons enfin au Tioure et prenons le sentier des balcons qui nous ramène au Villard, passons devant la Chapelle Ste Barbe et regagnons Ceillac. Quelque temps après, arrivent Guillaume et Hadrian, un sourire jusqu'aux oreilles. Ils se sont régalés et sont enchantés de leur journée. Mais il leur faut rentrer à Toulon. A bientôt. Soyer prudents sur la route. Nous allons bivouaquer un peu plus loin. La nuit, la fraîcheur et la fatigue aidant, nous sommes au lit vers 20 h.

 

28 janvier

 

Nous nous réveillons dans une douceur ouatée. Tout est blanc autour de nous. C'est fichu pour la rando prévue aussi décidons-nous de rentrer tranquillement. Jean-Marc met les chaînes et nous descendons avec prudence la petite route de Ceillac. Quand soudain... en croisant une voiture, nous serrons un peu trop de bas côté dissimulé sous la neige fraîche. Et zip... voilà la roue avant droite du camion dans le fossé. René essaie en vain de nous sortir de là. L'avant du camion est posé sur le chassis. Nous appelons l'assistance qui nous envoie une dépanneuse. Un tour de treuil plus tard, en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, nous retrouvons la route. Ouf ! Merci Monsieur ! Nous regagnons enfin Rocbaron sans autre incident.

Cat.

 

RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
RAQUETTES AUTOUR DE CEILLAC
Commenter cet article