Publié le par Cat&JM
Publié dans : #voyage

VENISE

1ER AU 7 NOVEMBRE 2007

 

 

Jeudi 1er novembre 2007

 

Et oui, on ne se refuse rien, c'est notre deuxième voyage de noces de l'année. Un peu moins sportif, un peu plus touristique, un peu moins original ! Qu'importe, nous avions envie de connaître Venise. Aussi avons-nous retenu un hôtel dans la petite ville de Mestre où tout est organisé pour que l'on puisse se rendre à Venise en un rien de temps. Nous arrivons donc vers 17 h 30 à l'hôtel « Tito ». Ouf, le patron parle français. Du coup, nous le trouvons très sympathique (et il l'était). Nous pouvons garer le camion sur le petit parking de l'hôtel. La chambre, simple mais agréable nous offre tout le confort : cabinet de toilette et un énÔÔÔrme lit. Quelques instants de repos et nous voilà partis visiter la vieille ville de Mestre, et nous installer devant un bon repas.

 

Vendredi 2 novembre 2007

 

Sur les conseils du patron, nous achetons un forfait « bus-vaporetto » qui nous permettra pendant trois jours d'aller où bon nous semble. Vers 9 h, nous grimpons donc dans un bus qui nous mène à la Piazzale Roma d'où nous rejoignons le Grand Canal. Surprise, du haut de notre pont, le premier bateau aperçu est un corbillard. Ça commence bien ! Extraordinaire ce Grand Canal : dans tous les sens des bateaux, des vaporetto, des gondoles (qui, elles aussi, ressemblent à des cercueils ambulants), taxis flottants, transporteurs de marchandises, éboueurs... On en a la tête qui tourne ! Le vaporetto nous mène jusqu'à San Marco. Nous nous baladons sur la place Saint Marc, admirons la Basilique, le Palais des Doges, la Tour de l'Horloge. Les pigeons ne sont pas une légende, ils sont des millions attirés par les graines vendues sur place. Des enfants se laissent recouvrir par ces bestioles, beurk ! Nous flânons sur la Piazetta. Entre deux têtes de touristes, nous essayons d'apercevoir le Pont des Soupirs qui relie le Palais des Doges à la prison et fuyons vers les petites ruelles un peu plus calmes mais surprenantes : les murs des maisons qui se font face semblent se toucher, elles tournent à angle droit, ce qui nous donne l'impression de nous retrouver dans une impasse, mais non, nous voilà sur une belle place avec un joli puits au centre ! De retour à la place Saint Marc, nous grimpons sur le Campanile d'où nous avons une jolie vue d'ensemble sur Venise et sa lagune. Bien, nous avons mérité un petit en-cas. Nous empruntons les petites rues pour nous rendre au Rialto. Que de boutiques ! Nous traversons le pont, animé, coloré, très beau. Nous nous asseyons sur la terrasse d'un bar, au bord du Grand Canal, vers San Silvestro, pour savourer un chocolat chaud comme seuls les italiens savent le faire : la petite cuillère tient debout, toute seule, dedans ! Nous reprenons le vaporetto jusqu'à Salute où nous visitons l'église Santa Maria de la Salute et sa magnifique coupole. Nous nous dirigeons vers le Canal de la Guidecca puis vers Chiesa de Gesuati. Mais le soleil se couche déjà, éclairant la ville d'une belle lumière. Nous traversons le pont de l'Académia, joli pont en bois et cherchons un resto indiqué dans le guide du routard. Que de tours et de détours dans ces ruelles tortueuses qui semblent avoir toutes le même nom ! Nous tournons en rond. Mais non, le voilà ! Évidemment, il est complet. Nous nous rabattons sur le resto d'à côté, tenu par des chinois qui prétendent servir de la cuisine italienne. Hum, pas terrible ! Bien fatigués, nous rentrons à Mestre par le Grand Canal puis le bus.

 

VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE

Samedi 3 novembre 2007

 

Allez, courage, debout 8 h. Ben quoi, c'est les vacances, non ? Après un bon petit déjeuner à l'hôtel, nous reprenons le bus jusqu'à la Piazzale Roma, puis le vaporetto direct Murano. Après la journée d'hier, nous apprécions le calme de l'île, les canaux et les rues un peu larges où pénètre un soleil bienvenu. Nous entrons dans un local où œuvre un maître verrier. Fascinant ! De jolies boutiques jalonnent les quais. Nous y faisons quelques achats. Sur la place Campo S. Stefano, nous nous attablons à la terrasse du restaurant « Busa Alla Torre ». A Faro, nous prenons le vaporetto pour Burano et de là, un autre, pour Torcello, petite île qui était autrefois plus importante que Venise, mais où il ne reste plus que quelques cultures. Revenons à Burano où nous continuons, à pieds, jusqu'à Mazzorbo. Nous réembarquons sur un vaporetto qui nous mène à Treporti puis à la Punta Sabbioni. Nous ne sommes pas vraiment sûrs que le « pass » nous autorise à faire tout ça, mais comme personne ne nous demande rien... Finalement, nous nous installons sur un gros bateau qui nous ramène à Venise, place San Marco, en passant par le Lido. Puis, c'est le Grand Canal jusqu'à la Piazzale Roma où nous grimpons dans le bus pour Mestre. Essayons un autre restau : Osteria Lupo Negro, très bien. Il ne nous reste plus qu'à rentrer à l'hôtel pour un repos bien mérité. Fatigant, tous ces bateaux !

 

Dimanche 4 novembre 2007

 

Une fois à Venise (c'est la routine, maintenant), nous prenons le vaporetto par le canal de la Guidecca jusqu'au Lido. Nous débarquons à Santa Maria Elisabetta et prenons la « Gran Viale » qui nous mène à la plage publique. Le Lido est une île étroite et tout en longueur (12 km de plage !). Nous passons devant le « Grand Hôtel des Bains » où a été tourné le film de Visconti, « Mort à Venise ». De retour à Venise, à Fondamente Nove, nous prenons un autre vaporetto pour « Cimitero », une île où il n'y a rien d'autre qu'un cimetière, que nous visitons bien sûr. Dans de hauts murs, de petites cases où vacille la flamme d'une bougie. Curieux. Nous retournons à Fondamente Nove et plongeons dans les petites rues. Au détour de l'une d'elle, un glacier. Il nous faut goûter les glaces italiennes ! Arrivés à la place Saint Marc, la basilique nous attend. Nous ne pouvons quitter Venise sans y mettre un pied. Nous y mettrons même les deux, pour grimper à l'étage admirer de plus près les superbes mosaïques du plafond (1200 m2). Une vue magnifique s'offre à nous. En face, le campanile de San Giorgio Maggiore semble nous appeler. Allez, on y va. Nous nous hissons en haut du Campanile et contemplons Venise dans la lumière du soleil couchant, et c'est beau ! Sur cette île, seul le campanile est accessible, le reste est occupé par un couvent. Aussi, d'un bond, nous voilà sur la Guidecca. Curieusement, cette île n'a rien de touristique. Nous revenons donc à San Marco. De là, dernier bain de foule dans le quartier du Rialto en passant par les jolies rues où les maroquineries semblent nous appeler : venez voir mes beaux sacs.... Mon petit Jean-Marc a la gentillesse de m'en offrir un, magnifique. Et le Rialto, de nuit, c'est époustouflant de couleur et de vie. Des marchands ambulants nous proposent des pâtes invraisemblables, noires, turquoises, à rayures..... Puis, nous nous arrêtons dans une petite pizzeria en retournant vers la Piazzale Roma. Tout de même, ils sont curieux, ces restaurants, ils ne savent pas ce qu'est un apéro, du fromage, un dessert !

 

VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE

Lundi 5 novembre 2007

 

Et oui, tout a une fin ! Adieu Venise. Ou plutôt au revoir, car nous sommes tombés amoureux de cette ville magique. Mais les Dolomites nous attendent. Nous prenons l'autoroute en direction de Cortina d'Ampezzo. Nous déjeunons dans un petit resto, le seul ouvert. Il est vrai qu'on est en novembre. Puis nous montons (en camion) vers les Tre Cime di Lavaredo, en passant par Misurina. Chouette, personne au péage. Du parking, nous grimpons vers ce qui semble être une grotte. Ce sont des tunnels creusés dans la montagne. Anciens blocaus ? Brr ! Fait pas chaud. Nous reprenons la R 48 qui, virage après virage nous mène à Canazei. Comme c'est long, comme ça tourne. Allons-nous enfin arriver ? Nous continuons jusqu'à Moëna où soudain, au col, un hôtel ! Sûrement pas dans nos prix, pensais-je. Et bien si, un hôtel grand-luxe, bois sculpté partout, Et pour trois fois rien. Nous nous installons dans une suite et nous régalons au restaurant. Ça valait la peine de faire toute cette route !

 

Mardi 6 novembre 2007

 

Et nous reprenons la route.... toujours la S 48, pour rejoindre la S 12, au sud de Bolzano, en direction de Trento. Enfin, nous arrivons au lac de Garde par Torbole. Énorme ce lac ! Nous suivons la rive gauche, Malcesine, Lazise. Nous quittons le lac, traversons Brescia et arrivons à Bergame. Nous décidons de visiter la ville. Nous garons le camion en bas et montons, montons jusqu'en haut de la cité. Pas de charme particulier, aussi redescendons-nous et repartons en direction de Como et bien évidemment du lac de Come. A Bellagio, nous atteignons la Punta, entre les deux bras du lac. Impressionnant, on se croirait à la proue d'un navire. « Nous sommes les maîtres du monde »... Miracle, un resto ouvert, « La Grotte » nous prépare de délicieuses pizzas. Mais où allons-nous dormir ? Il n'y a rien, mais rien pour s'arrêter. En désespoir de cause, nous bivouaquons sur un petit parking, au bord du lac, certes, mais au-dessus d'un cimetière, à coté de la route. Mieux que de rouler toute la nuit !

 

Mercredi 7 novembre 2007

 

Nous quittons sans trop de regrets notre super bivouac. Décidément, les nuits se suivent mais ne se ressemblent pas. Nous prenons la direction de Varese puis de Laveno pour nous retrouver au bord du lac Majeur. « Il neige sur le lac Majeur », non mais fait pas chaud. C'est quand même beau, tous ces lacs ! Mais il faut rentrer, les vacances sont finies, sniff. Nous prenons l'autoroute jusqu'après Torino (Turin). Mais c'est par le chemin des écoliers que nous poursuivons notre route : Briançon, Embrun, Tallard, Sisteron....

Cat.

 

 

 

 

 

VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
VENISE
Commenter cet article