Publié le par Cat&JM
Publié dans : #raquettes

LE CHIRAN

1ER MARS 2015

 

 

Jean-Marc veut sa revanche. Il y a un an et une semaine, nous y étions. La balade s'était terminée par un retour en hélico... Aussi, malgré une météo maussade, nous voilà en route, Laure, Jean-Marc et moi, dès 7 h du matin pour Majastre. Deux heures et demie plus tard nous garons la voiture au pied de la petite chapelle. Nous enfilons les DVA, les sondes, les pelles sont dans les sacs, les raquettes accrochées aux côtés. Nous montons jusqu'à une croisée de chemins : Blieux d'un côté, Le Poil de l'autre. Nous attaquons le "hors piste" en suivant les cairns. Il y a plus de neige que l'année dernière et bientôt nous chaussons les raquettes. Une, deux, ça monte, il fait chaud. Nous retirons les polaires. Nous passons au nord de la Croix St Sauveur, au loin des chamois dansent sur la neige.

LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN

Mais où est le chemin ? Nous avons perdu les cairns quelque peu recouverts de neige. A là, en bas, des traces... Nous passons devant un abri, remontons un petit talus. Aïe, ça glisse ! Mais pourquoi mes deux acolytes me photographient-ils juste quand je suis en mauvaise posture ? Le vent se lève alors que nous prenons de l'altitude. Nous suivons le vallon qui grimpe entre La Trappe et les crêtes du Chiran. Bientôt un brouillard givrant nous enveloppe et nous nous retrouvons trempés sans nous en rendre compte. Vite, les vestes étanches, les sur-sacs, les bonnets. Nous avons les doigts gelés. Les nuages descendent, la bruine et le vent sont glacés. On n'y voit pas à 2 m. Les crêtes ont disparues. Nous poursuivons malgré tout jusqu'au point 1629 où nous grignotons quelques chips à l'abri d'un bosquet. Que faisons-nous ? Nous nous souvenons que des corniches de neige bordent les crêtes et avancer à l'aveuglette ne serait pas prudent.

LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN

La raison l'emporte et nous faisons demi-tour. Nous redescendons tranquillement quand soudain, une tache rouge sur la neige : c'est une partie de la raquette de Laure qui a demandé son indépendance ! L'autre partie bien attachée à sa chaussure par les sangles, clip-clop, clip-clop, ma Laurinette continue stoïquement. Jean-Marc repère l'emplacement où nous avions attendu l'hélico l'an passé. Nous retrouvons l'abri vu en montant, espérons y déjeuner, mais non, à moins de manger couchés, comme les rois fainéants. Le vent et la bruine s'apaisent au fur et à mesure que nous perdons de l'altitude. Bah, nous ne sommes plus à quelques minutes près, continuons pour nous installer au sec. Quelques chutes, quelques rigolades et enfin une plate-forme sèche où nous retirons les raquettes (à la grande joie de Laure) et déballons notre pique-nique. Jean-Marc examine la raquette cassée : mais il suffisait de la reclipser ! Il est vrai que nous avions tous trop froid là-haut pour bien étudier la chose... Repus, nous terminons la descente.

LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN
LE CHIRAN

Vers 16 h 30, le soleil fait son apparition. Pas de regret, les crêtes sont toujours dans les nuages. Nous retrouvons Majastre où surprise nous rencontrons quelques promeneurs. Petit tour dans le hameau pour repérer l'endroit où l'hélico nous avait déposé Denis et moi... Il ne reste plus qu'à rentrer. Mais nous n'avons pas dit notre dernier mot, le Chiran nous reverra...

Cat.

 

Commenter cet article