Publié le par Cat&JM
Publié dans : #rando

LA MONTAGNE PELEE

 

Lundi 1er mai

 

La météo ne semble pas trop mauvaise, c’est peut-être aujourd’hui ou jamais que nous pourrons y aller. Où ? Mais à la Montagne Pelée, bien sûr ! Direction Morne Le Rouge d’où la D39 nous amène au refuge et parking de l’Aileron (824 m), déjà plein. Il est vrai que c’est férié. Nous nous insinuons dans une pauvre petite place et c’est parti. Comme prévu, nous sommes dans le brouillard. Des marches, encore des marches, en bois, en pierre. Plus de marches ? Des rochers. Ça monte sans discontinuer. Nous ne sommes pas seuls à souffrir, les gens rient, s’interpellent, plaisantent, dans une atmosphère bon enfant.

MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE

Nous grimpons sur l’Aileron, traversons le plateau des Palmistes et 1 h 30 plus tard arrivons au 2ème refuge. Refuge est un bien grand mot : une cabane ouverte au vent et à la pluie, au sol boueux. Quelques pas en descente avant d’affronter en face de nous, un mur ! Pas un mur d’escalade, mais un sentier droit comme un i à flan de montagne. Nous nous hissons ainsi jusqu’au Cône de 1902 (1364 m). Une nouvelle descente nous mène au 3ème refuge (dans le même état que le second). Mais nous ne sommes pas au bout de nos peines…

MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE

Le sommet, c’est Le Chinois, tout là-haut dans les nuages. Je m’arrête pour souffler un peu. Un randonneur, accent créole bien prononcé, me dit en souriant : "Mais, c’est que vous n’êtes pas a ..ivée P’tite Madame !" Merci bien. Je lui rends son sourire. Et en effet, avant, il faut gravir le Cône de 1929, redescendre, puis enfin remonter vers Le Chinois (1395 m). Ça grimpe sec, il faut mettre les mains. Les altitudes semblent dérisoires, mais pourtant les efforts à fournir sont réels. Les nuages se déchirent, nous laissant apercevoir enfin le paysage. Nous redescendons vers le 3ème refuge et de là, suivons la Caldéra (1 km 500) pour rejoindre le 2ème refuge, après une petite pause déjeuner. Moins raide la descente ? C’est ce que l’on croyait ! Plateau des Palmistes, et plongée sur le parking. Retour à la maison où nous attend une bonne bière, bien méritée.

 

MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
MARTINIQUE - LA MONTAGNE PELEE
Commenter cet article