Publié le par Cat&JM
Publié dans : #canyon

RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH

Lundi 22 mai

 

Comme prévu, aujourd’hui nous allons descendre la ravine Dufour. Nous reprenons la petite route (mais longue, longue) qui mène au départ. Nous nous renseignons sur la sortie du canyon auprès de deux personnes qui travaillent au bord du chemin : "c’est facile, après les bambous, prendre le chemin sur la gauche.." Nous laissons la voiture entre le départ et l’arrivée. Nous y voici, canyon Dufour, à nous trois… Il y a peu d’eau, mais beaucoup de végétation.

RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE

De petits ressauts, des vasques que nous traversons à la nage, des cascades, c’est joli et très agréable. Tiens, un crabe ! Et de belle taille… Et là, au fond de l’eau, des ouassous (écrevisses). Les rives sont ornées de fleurs. Déjà, c’est la dernière cascade, superbe. Nous suivons le ruisseau, cherchons le chemin. Des bambous, oui, mais lesquels ? Il y en a partout ! Enfin, effectivement, sur la gauche, un sentier bien marqué rejoint une ancienne route qui nous ramène vers la voiture.

RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE
RAVINE DUFOUR OU LA TI PUNCH - GUADELOUPE

Retour vers la mer. Avant l’anse de la Barque, des kiosques nous tendent les bras et c’est à l’ombre que nous dégustons nos sandwichs. A Malendure, les sargasses ont presque disparu et sans hésiter nous plongeons faire coucou à nos poissons. Une fois séchés (quelques secondes, vu la chaleur…) nous allons retrouver Olivier Dousset, le guide qui a eu pitié de nous et nous a abrégé la navette pour la rivière Ferry. Nous lui laissons nos cordes, buvons le verre de l’amitié, admirons ses jolies photos de canyons… Ainsi allégés, nous arrêtons au musée du Rhum pour quelques achats.

Commenter cet article